Textes du colloque AGAPE du 25 mars 2018


Colloque  AGAPE 2018 Michèle Héduin  Le cycle de lunaison et les transits dans le thème de Willy Brandt

L’interaction du cycle de lunaison et des transits dans le thème de Willy Brandt

Le cycle de lunaison peut aider à comprendre l’évolution d’une vie, avec ses grandes phases de renouveau, de lutte et de récolte. Il s’agira de voir à l’intérieur de ces phases l’apport des transits – notamment ceux des planètes transsaturniennes- sur les points clés du thème. La démonstration s’appuiera sur quelques moments de la vie de Willy Brandt (1913-1992), homme politique allemand de premier plan.

Willy Brandt est connu surtout en tant que chancelier de la République fédérale allemande   de 1969 à 1974, période pendant laquelle il reçoit le prix Nobel de la paix. Auparavant, il avait été notamment maire de Berlin Ouest en 1961 lors de la construction du Mur. Quand on considère son parcours, on se rend compte que ce dernier est marqué de moments d’intégration, de succès, de ruptures, d’exclusion et même de changements d’identité, et ceci   déjà bien avant la période connue du grand public.  Cette vie se confond en effet avec de grands pans d’histoire allant de la montée du nazisme en Allemagne à l’effondrement du bloc soviétique.

Il s’agit maintenant de voir   les correspondances entre certains moments importants avec la dynamique interne donnée par le cycle de lunaison, cycle individuel et personnel. On pourra voir   également comment certains transits, particulièrement, de planètes transsaturniennes , vont  accompagner ce cycle, parfois renforcer ou nuancer le caractère  de certaines phases, voire accélérer un processus..

Willy Brandt est né à Lübeck, dans le Nord de l’Allemagne, le 18 décembre 1913 à 12h45. Il s’appelle alors Herbert Frahm et il est le fils illégitime de Martha Frahm, vendeuse, elle-même enfant naturelle. Il ne connaîtra qu’en 1947 l’identité de son père et ne voudra jamais le rencontrer.

L’examen rapide du thème natal de ce Sagittaire ascendant Bélier avec la Lune en Lion permet de dégager les positions dominantes du Soleil et de Pluton, en opposition.  On remarque le maître ascendant Mars conjoint à Neptune, en opposition à Jupiter et à Uranus et également  l’opposition de  Saturne à la conjonction Vénus Mercure.  Cela va être important pour mesurer l’impact  de certains transits.

Thème natal jeudi 18 décembre 1913 12h45 (11h45 T.U.) 10E45 – 53N52 Lübeck

 Thème natal jeudi 18 décembre 1913 12h45 (11h45 T.U.) 10E45 – 53N52 Lübeck

Aureas

  1. Le premier cycle de lunaison complet, d’une Nouvelle Lune progressée à la suivante.

Le premier cycle de lunaison complet, d’une Nouvelle Lune progressée à la suivante

Aureas

1) De la Nouvelle Lune à la Pleine Lune

Cette période commence le 5 février 1923 au 5°16’59 du Capricorne en conjonction avec le MDC, la suivante commençant au 5°29’02 du Verseau en conjonction  avec Uranus natal en maison XI le 30 septembre 1952.

La phase du Premier Croissant se termine le 8 janvier 1931 à 13° 21 ’43 du Bélier, à 4 degrés de l’ascendant. On constate que la date de la Pleine Lune est le 9 septembre 1938 à 21°10 du Cancer en maison IV, en conjonction avec Mars natal.

Il y aura beaucoup de choix importants : entre autres, mais sans doute le plus importante, en avril 1933 la décision d’émigrer en Norvège. On est alors dans la période correspondant à la phase du Premier Quartier. Il choisit alors de s’appeler désormais Willy Brandt. Il s’agit là d’un départ en lien avec son engagement politique commencé dès l’adolescence.

En 1938, au moment de la Pleine Lune en maison IV, l’intégration dans la société norvégienne se concrétise au niveau de la nationalité lorsqu’il devient norvégien.

On va voir, tout en apportant quelques précisions biographiques, dans quelle mesure certains transits ont accompagné cette période.

On a vu que la Nouvelle Lune commençait en 1923.  Herbert Frahm est un enfant qui souffre de solitude. Sa mère a peu de temps pour s’occuper de lui, mais il lui doit néanmoins son intérêt précoce pour la politique car elle est engagée au niveau syndical. Son grand-père adoptif est lui-même un membre actif du SPD (le parti social-démocrate). Le jeune Herbert Frahm va chercher une intégration dans différentes organisations socialistes.

Il adhère au SPD en 1930. Uranus est passé sur son ascendant en mai, en septembre 1929 et en février 1930. Il choisit de s’appeler Karl Frahm, prenant son deuxième prénom.

En 1931, il quitte le parti social-démocrate pour devenir le président de l’organisation des jeunes du parti ouvrier socialiste. Il perd de ce fait la bourse accordée par le parti pour ses études d’allemand et d’histoire.

La phase du Premier Croissant est terminée depuis le 8 janvier 1931. Cette période a été une période de recherche et lui a permis de faire des choix et d’affirmation par rapport à ses idées, renforcée de plus par le transit d’Uranus.

En juillet 1932 se produit en outre le retour des Nœuds lunaires. Ce premier retour met l’accent sur la direction à prendre et correspond souvent à une première période d’émancipation et d’expérimentation.

En janvier 1933, Saturne passe en transit sur Uranus natal. La réalité s’impose à l’individu.  On est à la veille de la mise en place du nazisme. Tous les partis autres que le parti national-socialiste vont être interdits et les opposants seront persécutés.

Neptune reproduit la conjonction natale en décembre 1932 avec Mars en Vierge en Maison VI et se trouve conjoint au Nœud sud.  Cette conjonction sera exacte le 7/12/ 1932, le 7/3/1932 et le 22/5/1933. L’énergie et la combativité seront plus que jamais au service d’un idéal.

Thème de Transits  (Extérieur) du 30 janvier 1933  pour Willy Brandt

10E45-53N52 Lübeck

Thème de Transits  (Extérieur) du 30 janvier 1933  pour Willy Brandt 10E45-53N52 Lübeck

Le 30 janvier 1933, Adolf Hitler arrive au pouvoir. On est alors au milieu du Premier Quartier qui va du 8 janvier 1931 jusqu’au 19 janvier 1935.

Il y a la nécessité de trancher et se positionner avec détermination, quitte à renoncer à des situations établies. L’accent est mis sur l’extériorité et le courage va être mis à l’épreuve.

Pluton passe en transit sur le Mars natal de Karl Frahm et Mars passe sur le Nœud sud, en conjonction avec Jupiter. Mi avril 1933, Mars rétrograde formera un sextil avec Pluton natal.

Les   maisons IV et V sont touchés ; Au service de son parti politique, Karl Frahm va quitter l’Allemagne le premier avril 1933 pour rejoindre le Danemark, puis la Norvège jusqu’au moment où il devra de nouveau fuir, cette fois en Suède, en 1940. Il quitte ses racines pour chercher d’autres bases, une intégration dans un autre pays et il mettra toute son énergie dans le combat contre le pouvoir en place dans son pays d’origine. Il prend le nom de Willy Brandt.

L’exil va lui apporter une forme de réussite. Il peut gagner sa vie en écrivant pour la presse syndicale norvégienne, pour des journaux néerlandais et suisses. Il fait preuve d’une très grande mobilité. Il va à Paris et à Prague. Il prend d’énormes risques : Il retourne en Allemagne sous une fausse identité en 1936 et il va en Espagne au moment de la guerre civile en 1937. Il fait preuve de courage physique et il travaille pour se faire sa place dans son nouveau pays.

Il monte également son savoir-faire au niveau de l’écriture et des langues étrangères. On voit bien dans cette période l’expression du Sagittaire avec une très grande mobilité, qui plus est, à l’étranger, l’intégration dans des projets collectifs et une réalisation personnelle d’une certaine ampleur. Il est alors, si on revient au cycle de lunaison, dans la phase gibbeuse qui va pour cette période du 19 janvier 1935 au 9 septembre 1938, commençant au 02°28’11 du Gémeaux, concernant les maisons II et III.

 2) De la Pleine Lune à la Nouvelle Lune progressée suivante 

L’année de la Pleine Lune, en 1938, il est déchu de sa nationalité allemande C’est la conséquence de choix faits au moment du Premier Quartier. En février 1938, Saturne passe sur son ascendant. On voit le lien avec la perte et le renoncement. Il s’agit certes d’un moment de récolte, mais il est à nouveau confronté à un choix. C’est un nouveau départ. Il prend la nationalité norvégienne.

L’intégration dans le monde scandinave va se renforcer. On constate cela également dans sa vie privée : il épouse en effet une Norvégienne. Il trouve également sa place dans la communauté qui s’est créée au nom de la lutte contre le fascisme et qui prend une tournure large puisqu’il est déjà question de « petite internationale » avec des personnalités comme  Bruno Kreisky, qui sera chancelier en Autriche de 1970 à 1983.

Cette période d’intégration concerne la période qui va de la Pleine Lune au début du  Dernier Quartier : du 9 septembre 1938 au 29 juin  1945 au 28° 06’ 14 de la Balance .

C’est la fin de la seconde guerre mondiale. C’est seulement au milieu de la phase Dernier Quartier en 1947, qu’il décide de revenir en Allemagne.  On peut penser, correspondant   à cette phase de remise en question, qu’il a fait le tour de ce que sa vie dans le monde scandinave pouvait lui apporter, même si dans un premier temps, il veut simplement continuer des activités journalistiques. Il demande à reprendre la nationalité allemande. Il épouse sa seconde femme, norvégienne comme la première.

On note le passage d’Uranus en transit dans la maison III pour passer sur Pluton en septembre 1948, se rapprochant du FDC. Uranus intervient donc alors dans l’axe IV-X, préparant des changements concernant le foyer et la place sociale.

La phase balsamique commence le 7 janvier 1949 au degré 16°47’35 du Sagittaire en maison IX.  Pendant cette période, il s’introduit dans toutes les institutions et groupes : il est député au Bundestag, membre à part entière du comité directeur du SPD berlinois, député berlinois, respectivement dans l’ordre en 1949, 1950 et 1951.

Au cours de ces années qui correspondent aussi au tout début des deux états allemands, on a l’impression de quelque chose en préparation, mais on ne voit pas encore de direction nette, avec d’un côté le parti, le SPD et de l’autre les lieux de représentations institutionnelles. C’est bien là une période de transition.

  1. De la seconde Nouvelle Lune progressée à la troisième

 Du 30 septembre 1952, 5°29’02 du Verseau au 5°33’20 du Poissons  le 22 juin 1982

1) De la Nouvelle Lune à la Pleine Lune : La montée  vers le pouvoir

  1. a) La Nouvelle Lune et le Premier Croissant

Le 30 septembre 1952 commence donc la phase de la Nouvelle Lune progressée suivante à 5°29’02 du Verseau, en conjonction avec Uranus natal.  Cette phase   va   jusqu’au 5 octobre 1956.  A ce moment-là, Willy Brandt, avec le soutien du maire de l’époque de Berlin ouest, Ernst Reuter, désire prendre la tête du SPD à Berlin Ouest. Cela se solde par un échec, mais, dès lors, ce sera son objectif principal pour les prochaines années.   Il voudra s’intégrer pleinement dans son parti d’origine, sa famille politique, et en prendre la tête   dans un premier temps à Berlin.

Dans cette phase où on a besoin d’entreprendre, les objectifs pouvant  être encore imprécis,
les directions secondaires et les  transits peuvent apporter des informations supplémentaires.

Les directions secondaires montrent pour septembre 1952 une conjonction d’Uranus, Mercure, la Nouvelle Lune progressée, Vénus et Jupiter entre le 7 et le degré 1 du Verseau, la Lune, le Soleil et la Nouvelle Lune progressée étant en conjonction exacte avec Uranus natal.

Directions secondaires du 27 septembre 1952 pour Willy Brandt à Berlin 13E352N28

Thème natal au centre

 Directions secondaires du 27 septembre 1952 pour Willy Brandt à Berlin 13E352N28 Thème natal au centre

On peut noter également le deuxième retour des Nœuds lunaires en mars 1951. Cela marque le début du troisième cycle qui le mènera à la chancellerie (le troisième retour des Nœuds lunaires ayant lieu en novembre 1969 lorsqu’il deviendra à 56 ans le premier chancelier du parti social-démocrate). Il est donc bien question ici dans les années 51-52 d’un projet de vie qui prend une direction commençant à se préciser. La volonté de prendre la première place dans son parti le mènera à être le candidat de ce dernier pour le poste de chancelier.

Il va se heurter à beaucoup d’obstacles, y compris dans son propre parti. Il est question de son origine obscure, mais surtout de son émigration. Il doit se justifier par rapport à son séjour en Espagne, au port de l’uniforme norvégien en 1940.

A Berlin Ouest, Willy Brandt se trouve au cœur des tensions.
C’est à Berlin que vont se jouer des moments clés de la guerre froide, en 1948 avec le blocus, en 1953, en 1961 avec la construction du Mur, puis sa chute en novembre 1989.

On sait que la conjonction Saturne Neptune correspond à un changement très important pour le bloc de l’Est avec la mort de Staline. Berlin Est connaît le 17 juin 1953 un soulèvement d’une grande ampleur avec l’intervention des chars soviétiques.

Etant donné le lien de Willy Brandt avec Berlin et son investissement dans la politique avec l’Est, on peut considérer particulièrement la révolution solaire de 1952.

Révolution solaire de 1952 pour Willy Brandt à Berlin le 17 décembre 1952

Thème natal au centre

 Révolution solaire de 1952 pour Willy Brandt à Berlin le 17 décembre 1952 Thème natal au centre

AUREAS

On assiste au Carré de la conjonction Saturne Neptune à la conjonction natale Mars Neptune.
La conjonction Saturne Neptune est accompagnée d’une  opposition Mars Pluton, ce qui représente une situation explosive, un paroxysme de tension et d’agressivité.

En ce qui concerne Willy Brandt, la situation commence à jouer en sa faveur en 1955. Il devient alors président du sénat berlinois.

Le Premier Croissant commence le 5 octobre 1956 au 24°33’54 du Poissons.

Au moment de la répression du soulèvement en Hongrie, lors d’une manifestation de révolte  A Berlin Ouest, le 5 novembre 1956, il assoit son autorité en calmant la foule.
Au moment du choix du maire de Berlin ouest, c’est son nom qui s’impose en octobre  1957. On est dans la période du Premier Croissant.

 C’est la première grande consécration en Allemagne. Il est cependant toujours confronté à des obstacles pour s’affirmer dans son propre parti et il vient d’essuyer d’ailleurs en 1956 un second échec pour accéder à la présidence de son parti à Berlin, un échec qu’il aura d’ailleurs beaucoup de mal à accepter.

On peut dire dans cette phase que les projets trouvent une forme. Des choix sont faits, mais la réalité apporte des limites et des obstacles.

b) Du Premier Quartier, le 29 novembre 1960, à 13°46 ‘ 36 en Taureau à la Pleine Lune le 16 mars 1968, au 21°09 ‘45 en Lion, près de la Lune Natale.

On remarque de plus le début de la phase gibbeuse, le 7 octobre 1964 au 2°41'004 du Cancer, en conjonction avec Pluton natal et le FDC.

C’est une période contrastée, avec des moments très forts où Willy Brandt est au premier plan   et fait face avec charisme à la grande crise berlinoise lors de la construction du Mur en août 1961. Il commence aussi son action  de rapprochement avec l’est au niveau de Berlin dans un premier temps.

Thème de Transits (Extérieur) du 13 août 1961 la construction du Mur pour Willy Brandt à Berlin

Thème de Transits (Extérieur) du 13 août 1961 la construction du Mur pour Willy Brandt à Berlin

AUREAS

On remarque la conjonction en transit sur la Lune natale de Mercure, le Soleil, la Lune Noire et Uranus en trigone au Soleil natal

Il se bat par ailleurs face à une campagne de diffamation concernant son origine et son comportement pendant le nazisme lors de sa première candidature à la chancellerie face à Konrad Adenauer en 1961.

 Dans cette phase de Premier Quartier, on constate des efforts, du courage face aux obstacles, des décisions.

En 1964, alors que commence la phase gibbeuse, il obtient le poste qu’il convoitait depuis de nombreuses années : la présidence de son parti.

Au début de cette phase, il est de nouveau candidat malchanceux à la chancellerie, cette fois face à Ludwig Erhard, représentant le miracle économique ouest-allemand, chantre de l’économie de marché. Willy Brandt entre alors dans une phase de dépression. Il s’isole, ne parle plus, fuit dans l’alcool.  Il connaît une grande période de doute accompagnée de grands malaises physiques.  En outre, la campagne de diffamation est plus virulente que jamais.

On est bien dans une phase de travail, laborieuse, pouvant présenter des obstacles, de l’insatisfaction.  Cette seconde candidature débouche encore une fois sur un échec.

Au milieu de cette phase, il se passe, un revirement de situation qui va ouvrir à Willy Brandt la voie vers la chancellerie : Il entre en effet dans le gouvernement le 15 novembre 1966.

Il s’agit d’une « grande coalition » des conservateurs avec les socio-démocrates.

Lors de cette période de transition qui correspond à la fin de la période gibbeuse du cycle de lunaison, il va s’efforcer, en tant que vice-chancelier et ministre des affaires étrangères, de poser des jalons concernant la politique des petits pas », dans le but du rapprochement avec l’Est l’unité allemande restant l’objectif.

Thème de Transits (Extérieur) du  19 septembre 1965 pour Willy Brandt  à Berlin

 Thème de Transits (Extérieur) du  19 septembre 1965 pour Willy Brandt  à Berlin

 Thème de Transits (Extérieur) du 15 novembre 1966 pour Willy Brandt à Berlin

 Thème de Transits (Extérieur) du 15 novembre 1966 pour Willy Brandt à Berlin

Mars est en conjonction avec Pluton (22° Vierge), conjoints à Uranus (23°), le tout formant un sextil avec Neptune en Scorpion, en trigone avec le Mars natal. On retrouve donc activée à un moment-clé la conjonction Mars-Neptune, avec Mars sur la cuspide de la V. On  a  là des éléments  favorisant la réalisation en lien avec le collectif. Face au frein de Saturne, la voie de la réalisation individuelle passant par l’action politique et le pouvoir semble prendre le dessus.

De plus, on voit au moment de l’entrée au gouvernement une conjonction de Neptune, du Soleil, de Vénus et de Mercure en Scorpion formant un trigone à la conjonction Mars Neptune natale et à la conjonction de Saturne, Chiron et la Lune noire en transit en XII. 

2) De la Pleine Lune au Dernier Quartier : l’arrivée au pouvoir, la reconnaissance internationale  et la démission

  1. La Pleine Lune du 21 mars 1968, 21° 09’ 45 en Lion au début de la phase disséminatrice 23 juin 1971 au 9°28’00 de la Balance

 a)	La Pleine Lune du 21 mars 1968, 21° 09’ 45 en Lion au début de la phase disséminatrice  23 juin 1971 au 9°28’00 de la Balance

Cette fois, la Nouvelle Lune progressée   est proche de la Lune  en Maison V .
La direction de l’énergie semble aller  dans le sens du service au sens large, dans la grandeur (Lion).

On assiste pour cette période à de deux grands transits concernant Neptune et Pluton, dominantes dans le thème natal. Neptune va former un trigone avec Neptune natal  et Pluton forme un carré  avec Pluton natal.

On va d’une part  dans le sens de la réalisation  de l’ordre du collectif ; d’autre part Pluton va amener la rencontre  avec le refoulé, la culpabilité et aussi l’angoisse.
Les axes activés sont les  axes II-VIII, l’axe du pouvoir, mais aussi de la transformation et  également l’axe VI-XII avec Pluton en Vierge.

Au milieu de la période  correspondant à la Pleine Lune, Willy Brandt devient donc chancelier le 29 Octobre 1969. Il récolte le fruit des efforts accomplis depuis 1952 dans le cadre de son engagement politique.  Il est arrivé à la plus haute responsabilité dans son propre pays. On assiste  à une  grande attente de changements, dans le prolongement  du mouvement de protestation e la jeunesse allemande  au printemps 1968.

Au moment de son élection, on constate particulièrement  un trigone d’Uranus à Uranus natal, en opposition à l’ascendant . Uranus s’apprête à passer en transit dans la maison VII en Balance.  On a   l’affirmation de l’individu, au sein du groupe. Willy Brandt  ici, avec les autres,  apportant ses idées novatrices et personnelles.

Il est à noter que l’année 1969  a vu le retour des Nœuds lunaires fin novembre. Une dynamique  est relancée concernant l’axe VI-XII, en rapport avec la collectivité pour le quatrième cycle.

Dans cette période de Pleine Lune qui va jusqu’au 23 juin 1971,  ce moment de récolte qui signifie aussi un nouveau départ va lui permettre d’amplifier son action d’ouverture vers l’est, la Ostpolitik, avec toute une série de traités et d’accords avec la Pologne, l’union soviétique et les alliés  occidentaux de la seconde guerre mondiale, dans un but de détente et  particulièrement d’amélioration de la situation des Allemands de l’Est, ne perdant pas de vue l’objectif de l’unité allemande. Dans le cadre de son action,  le 7 décembre 1970, Willy Brandt se trouve à Varsovie et s’agenouille devant le mémorial du ghetto de Varsovie. C’est un geste spontané qui provoque la surprise générale.

Alors qu’alors, en Allemagne, ce geste est loin de faire l’unanimité, il est accueilli à l’étranger comme le symbole d’une Allemagne différente.

Dans cette période de Pleine Lune,  Pluton est en carré avec Pluton natal, au FDC, au Soleil et au MDC. On touche à la culpabilité, au refoulé. C’est un sujet qui lui tient à cœur : après avoir assisté au procès de Nuremberg, il avait écrit un livre : « Des criminels et autres Allemands ». C’est aussi une façon pour lui  de se rattacher  à son pays  qu’il avait quitté au moment du nazisme.

Le 20 octobre 1971, il reçoit le prix Nobel de la paix, consécration internationale.

On est au début de la phase disséminatrice qui a commencé le 23 juin 1971, au degré 9°28’ 00 de la Balance, en opposition à son ascendant.

Le carré de Pluton : le 7 décembre 1970

Thème de Transits  (Extérieur) pour Willy Brandt à Varsovie 12h (11h00TU) 21E00-52N15

Le carré de Pluton : le 7 décembre 1970

b) Le Dernier Quartier et la démission

Il connaîtra certes une réélection victorieuse, mais , en même temps,  commencera une grande crise politique à  partir du printemps 1972. Il va démissionner peu de temps avant le début du Dernier Quartier, le 12 novembre 1974, au 27°53’ 18 du Scorpion. On sait que cela va annoncer  une période de détachement qui peut  aller  jusqu’à des ruptures brutales douloureuses.

Auparavant, dans la phase précédente qui  correspond , à une expansion par rapport à ce qui est réalisé, on  voit que Willy Brandt a des difficultés pour mettre en œuvre ses visions. On sait aussi que c’est également une période où on peut se sentir incompris .On remarque en outre chez lui une diminution d’énergie. Au moment  où il semble retrouver de la combativité,  la présence d’un espion allemand de l’est dans son entourage  est découverte. Mis en cause dans son parti, il ne lutte pas. Il démissionne le 6 mai 1974.

Les transits peuvent renseigner sur l’accélération du processus de détachement.

Cette période est marquée, on l’a déjà vu, concernant l’axe VI-XII, par le carré de Pluton à Pluton natal, au FDC et  le MDC, au Soleil  et le trigone de Neptune à Neptune natal.

On voit  également  l‘axe I-VII touché avec Uranus en Balance. Il  formera un carré avec la conjonction natale Mars Neptune  au moment de la démission. On est bien dans le conflit  entre l’individu et le groupe (ici  son propre parti, le SPD)

L’axe II-VIII est également mis en valeur  avec l’opposition Saturne –Neptune, accompagnée de transits de Vénus et Mercure , puis le deuxième retour de Saturne, en juillet 1972, début   1973 et enfin le transit de Saturne sur Pluton en août 1973, fin 1973 et avril 1974, Saturne étant de plus en opposition au Soleil , exactement en juin 1973. On va retrouver  en outre l’opposition  du thème natal de Saturne à la conjonction Vénus-Mercure. De plus, au moment où Saturne s’apprête  à faire son retour sur sa position natale, il va  être en opposition en transit à Neptune entre juin 1971 et  avril 1972, renforçant chez Willy Brandt  sur cette opposition natale la confusion des idées, mais surtout la mélancolie, la difficulté de communiquer et l’impression d’isolement.

On peut insister sur l’importance de Saturne  à ce moment car on constate de plus  une conjonction Saturne Mars, ce qui bloque particulièrement l’action. A la veille  de l’arrestation de Walter Guillaume, Mars est passé en transit sur Pluton. Avec la conjonction Mars-Saturne, on a l’intériorisation de l’agressivité.

Pluton  natal s’ajoutant à cela, le tout en Cancer,  on a ici pratiquement de l’autodestruction, une énergie tellement contenue qu’elle se retourne  contre l’individu. C’est une crise très profonde qui touche la réalisation auprès des autres (VI-XII), la place dans la société, l’intégration (IV-X), les relations aux autres, la solidité du moi (I-VII) et le pouvoir (II-VIII). Il en sort brisé. On constate une lassitude.

 Thème de  transits  (Extérieur)  pour Willy Brandt le 6 mai 1974 à Bonn  7E06 50N44

  Thème de  transits  (Extérieur)  pour Willy Brandt le 6 mai 1974 à Bonn  7E06 50N44

 AUREAS

La phase disséminatrice  qui avait commencé  en juin 1971  en conjonction avec le descendant avait donné une énergie de partage et un désir de reconnaissance, pouvant être accompagné de la perte de distance par rapport aux limites et de perte d’identité. Il s’agit  ensuite d’une période de bilan, de tri.

On voit que les transits  accélèrent le processus de détachement et de rupture.

En 1974, la rupture avec son parti  dans lequel il a toujours cherché une reconnaissance, voire une famille  est particulièrement douloureuse. En outre, on peut dire que l’incompréhension est générale. La presse ne lui ménage pas les critiques  et le  grand public ne comprend pas.

3)  Période de  transition : Du début du Dernier Quartier à la Nouvelle Lune progressée suivante : période allant du 12 novembre 1974  au 22 juin 1982 : l’action internationale

Le  transit de Neptune, l’expression du Sagittaire

On a vu le Dernier Quartier commencer avec une rupture douloureuse lors de la démission du poste de chancelier alors qu’il est trahi  à l’intérieur de son parti même . C’est une période de tri et de détachement qui commence  .La phase balsamique commence le 12 juillet 1978  au 16° 34’57 du Capricorne en Maison X. La Lune progressée va  être  en conjonction avec Jupiter au cours de cette phase.Par ailleurs, Neptune  est en transit en maison IX à partir de décembre 1977 pour se rapprocher du Soleil (conjonction exacte  en octobre 1982)

On peut voir  un certain détachement chez Willy Brandt dans la mesure  où son action principale ne concerne plus directement  ses bases, à savoir son parti  et son pays natal. Son action va  prendre une dimension internationale  et humanitaire.

En novembre 1976, il devient président  de l’internationale socialiste et  il restera jusqu’en 1992.

Dans les transits  du 28 novembre 1976, jour de cette nomination, on constate   une conjonction Mars  Soleil Neptune  en Sagittaire, renvoyant à la conjonction natale     Mars Neptune.         On remarquera  également Jupiter en transit en Taureau 24° formant un trigone  avec Jupiter natal, ce qui  renvoie également au Sagittaire.

Dans le cadre de cette action internationale qui va prendre de plus en plus d’ampleur, les structures vont être en lien avec l’idéalisme. On a bien là l’expression du Sagittaire avec l’idée de l’espace, de l’absence de frontières à un grand niveau, des  échanges  au sens large.

Thème de transits (Extérieur) pour Willy Brandt le 28 novembre 1976 à Genève 6E046N11

 Thème de transits (Extérieur) pour Willy Brandt le 28 novembre 1976 à Genève 6E046N11

AUREAS

Willy Brandt va œuvrer pour une solution du conflit au Proche Orient avec le chancelier autrichien,  Bruno Kreisky..  Par ailleurs, il sera de 1977 à 1983  président  de la Commission Nord-Sud qui s’efforcera  de faire  prendre conscience des liens entre la faim et les conflits, l’armement et le retard social.

III. le dernier cycle

1)  La Nouvelle Lune progressée suivante commence le 22 juin 1982 à 5° du Poissons en maison XII. On assiste à un nouvel élan tourné vers l’extérieur, sur le mode Sagittaire.

Nouvelle Lune progressée (Extérieur) pour Willy Brandt, Bonn

Nouvelle Lune progressée (Extérieur) pour Willy Brandt, Bonn

On avait vu lors de la précédente phase balsamique avant 1952 une période où la direction  n’était pas encore bien définie. Dans la phase qui suit sa démission, on le voit s’installer peu à peu dans un nouveau rôle, d’abord dans l’Internationale socialiste, puis pour l’aide au développement particulièrement pour les pays du Tiers monde et œuvrant pour la paix.

De 1979 à 1983, il sera membre du parlement européen.  Il reçoit des récompenses pour son action en faveur du Tiers monde et de la paix (en 1984 le prix du Tiers monde à New York et en 1985 à Washington le prix de la paix Albert Einstein.

En 1986, il est à l’origine de la fondation pour le développement et la paix.
Il fera de grands voyages officiels, à Moscou et en Chine, en Amérique latine, en Europe de l’est. On a l’impression d’une période d’extraversion, dans l’action politique internationale, avec de grands voyages, des rencontres au sommet avec les chefs d’état les plus importants. Willy Brandt joue un rôle de conseiller, spécialiste. Il s’investit dans des causes qui lui ont toujours tenu à cœur, l’aide au Tiers monde et la paix dans le monde. Jusqu’à présent, son action s’était concentrée sur la détente avec l’est. Elle est maintenant à un niveau international. On assiste à la concrétisation d’un idéal.

Avec la Nouvelle Lune et le Soleil progressé en Poissons, on voit l’axe VI-XII activé maintenant à une échelle internationale sur le mode Sagittaire, où transite toutes ces années en maison IX Neptune en conjonction avec le Soleil, Neptune passant sur le MDC  une première fois en février 1985 en Capricorne 3°.

De plus, on assiste lors de ces années à la formation d’un sextil de Pluton avec le Soleil, exact fin 1981, début 1982, puis fin 1982 à 25° de la Balance. En 1984 et 1985, particulièrement, Pluton forme un sextil   avec le MDC à son entrée en Scorpion.

Pluton va également former un trigone avec Pluton natal, à 0° du Scorpion en novembre 1983, avril 1984, septembre 1984.

 On note particulièrement 1985 : Neptune va être en transit  également  sur le MDC : en avril 1985, Neptune est à 3° du Capricorne en conjonction  avec le MDC tandis que Pluton  est à 3° du Scorpion. Les trois dominantes de Willy Brandt, Pluton, Neptune avec le Soleil, sont favorables à la réalisation de son idéal et à la reconnaissance de l’action accomplie au niveau international

2) Début de la phase Premier Croissant et une nouvelle rupture.
La phase Nouvelle Lune correspondant à un besoin d’entreprendre  ayant démarré en juin 1982 se termine et la phase Premier Croissant commence au 24° du Bélier en Maison I

Des choix sont faits : en Mars 1987, encore une fois à la surprise générale, Willy Brandt démissionne de la présidence de son parti, n’étant pas suivi  dans choix pour la personne qui devait  avoir le poste de porte-parole du SPD. On retrouve une situation de tension qui marque souvent cette phase du cycle de lunaison.

On avait vu que la fin du  Premier Croissant du premier cycle de lunaison correspondait à une période de transit d’Uranus sur l’ascendant  qui  avait amené celui qui s’appelait encore Herbert Frahm à se positionner par rapport à son parti. Cette fois, on remarque au début du Premier Croissant, en février 1987, une conjonction d’ Uranus avec le Soleil à 25° du Sagittaire.  Saturne également en Sagittaire va se joindre à Uranus, mais   on va   d’abord voir se réactualiser l’opposition  du thème natal de Saturne en Gémeaux à la conjonction de Mercure et de Vénus en Sagittaire. De plus, Saturne est en Sagittaire. Il est en transit sur Mercure en janvier 1986, avril 1986 octobre, puis sur Vénus en décembre 86. Il se trouve à 4 degrés du Soleil au moment de la démission du parti. Le transit d’Uranus et de Saturne sur ces points clés du thème natal  vont  accélérer la prise de décision et lui donner un caractère  inattendu et brutal.

Même si Willy Brandt est élu président d’honneur du SPD, c’est une étape importante par rapport à un parti qui avait  représenté depuis toujours pour lui la famille qu’il n’avait pas eue de par son origine.

On peut penser alors que Willy Brandt a terminé son œuvre d’homme politique.
Le 20 janvier 1989, le président fédéral Richard von Weizsäcker réunit un grand nombre de personnages politiques de renom, présidents, chefs de gouvernement, François Mitterrand, Mario Soares, Shimon Peres, le chancelier allemand Helmut Kohl, pour honorer Willy Brandt, âge de 75 ans.  

 Thème de Transits  (Extérieur)  pour Willy Brandt le 20 janvier 1989 à Bonn

  Thème de Transits  (Extérieur)  pour Willy Brandt le 20 janvier 1989 à Bonn

On constate que le MDC est encadré par Uranus (3° du Capricorne), Saturne (5°) en conjonction avec Neptune (10°). Le tout se trouve en opposition au Pluton natal. De plus Vénus est en conjonction avec Neptune (12°).

La frustration du thème natal   de par l’opposition de Saturne à la conjonction Vénus Mercure semble trouver ici un apaisement en ce jour de reconnaissance organisé dans son pays.

De plus, l’année 1988 a vu en mars le quatrième retour des Nœuds lunaires annonçant un nouveau cycle pouvant ramener à des valeurs essentielles.

On avait vu le Premier Croissant du cycle précédent commencer à Berlin où Willy Brandt fait preuve de charisme et d’autorité, notamment face à la foule lors d’une manifestation.
Cette fois, c’est à la fin du Premier Croissant qu’il va retrouver, un rôle similaire, à Berlin  le 10 novembre 1989.
Le 9 novembre 1989, le mur est tombé, à la surprise générale, les Berlinois de l’est ayant forcé le passage, Willy Brandt se précipite à Berlin  et, s’adressant à la foule, il a encore une fois une formule qui a alors beaucoup marqué les esprits : « Jetzt muss zusammenwachsen, was zusammengehört » (il ne faut que ce qui ne fait qu’un se (re)soude.) Cette formule reprend son idée de nation continuant  à exister malgré la division en deux états. Ses paroles symbolisent ce qui se passe au lendemain de l’ouverture du Mur. En effet, très vite, l’idée de la réunification va s’imposer. On a l’idée de retrouvailles d’une famille.  Pour Willy Brandt, on peut parler alors de l’événement qui comble le vide de l’axe IV-X. C’est l’aboutissement de sa politique commencée à Berlin.

On a vu l’importance du cycle Saturne Neptune . Les deux planètes sont alors en conjonction exacte à 10° du Capricorne, en opposition exacte à Jupiter en Cancer. Vénus à 4° et Uranus à 2° du Capricorne encadrent le MDC. Le Soleil et Pluton sont en conjonction.

Neptune et Jupiter reproduisent l’opposition du thème natal.

Thème de Transits (Extérieur) pour Willy Brandt le  9  novembre 1989 à Berlin à 22H

Aureas

Le Premier Quartier commence le 7 septembre 1990 au 13° du Gémeaux    en conjonction exacte avec Saturne natal en maison II, prés de la cuspide de la maison III.

C’est  une nouvelle période d’action  qui commence, accompagnée de déceptions  et de succès, déception pour son parti, succès pour  « sa » ville, Berlin.

En Mars 1990 ont lieu les premières élections qui doivent donner une assemblée à ce qui est encore la RDA. C’est un échec pour le SPD. Le parti conservateur, la CDU, menée par Helmut Kohl, le chancelier de l’époque, est le grand gagnant. C’est une grande amertume pour Willy Brandt.

On constate dans les transits du 18 mars 1990 une opposition de Saturne à 23° du Capricorne, en transit sur  Jupiter natal ,à la conjonction Mars Neptune du thème natal.

Le 3 octobre 1990, la réunification est officielle. Willy Brandt est heureux de voir l’Allemagne réunifiée, mais amèrement déçu quant à l’évolution et aux résultats de sa famille politique. Son tout dernier combat va lui apporter une victoire. A la suite de sa requête officielle, le 20 juin 1991, le Bundestag vote le retour de Berlin dans son rôle de capitale de l’Allemagne.

En octobre 91, on lui découvre un cancer. Il se retire complètement de la vie publique en au printemps 1992.
Il meurt le 8 octobre 1992 avec un sentiment de satisfaction d’avoir eu une vie bien remplie de reconnaissance et de succès, mais avec l’amertume de la démission de la chancellerie.

Il vit ses derniers mois dans l’isolement, avec sa troisième femme, épousée en 1983.  Le dernier personnage politique important qu’il acceptera de recevoir sera le chancelier de la réunification, Helmut Kohl, du parti conservateur. Il montrera par là son éloignement des prises de position partisanes.

A l’annonce de son décès, les témoignages populaires, nationaux et internationaux seront nombreux et unanimes, rappelant l’œuvre politique avec l’ouverture vers l’est et particulièrement le geste du 7 décembre 1970 à Varsovie.

Pour citer Bruno Kreisky, le chancelier autrichien : Avec lui disparaît un Allemand dont le monde n’avait pas peur et n’avait pas à avoir peur (ein Deutscher, vor dem die Welt sich nicht fürchtete und nicht fürchten mußte).

Michèle Heduin

michele.heduin@orange.fr


Colloque AGAPE 2018 Ariane Vallet Les destins de la PERSONA

Etre et Paraître, un couple inséparable ou les destins de la Persona par Ariane Vallet

La question de l’être et du paraître constitue un vaste sujet notamment sous ses aspects d’opposés : essence et existence, absolu et contingence. Si l’on se réfère à la psychologie analytique initiée par Carl Gustav Jung on peut aborder ce thème sous l’angle de ce qu’il nomme la Persona. Par analogie avec le masque porté par les acteurs dans l’antiquité pour indiquer le rôle qu'ils jouaient, la Persona, écrit Jung dans L’Ame et le Soi, « est ce dispositif d’adaptation au monde que nous développons dans nos rapports avec lui ».

Au départ, pour l’être humain, tout baigne dans une identité archaïque avec le monde,[i] c’est-à-dire dans l’indifférenciation entre sujet et objet, entre dedans et dehors. Les contenus intérieurs sont projetés sur les objets extérieurs. Ces projections vont peu à peu se décoller de leurs objets, souvent difficilement. L’individuation est ce voyage intérieur qui permet de se défaire de ses projections (en partie, tout au moins) et d’acquérir peu à peu la notion de ses propres limites en se débarrassant (on peut rêver) de ses désirs infantiles de toute puissance.

Dans ce parcours initiatique du devenir conscient, avant d’affronter son ombre (tout ce qui n’est pas intégré au conscient) et de se confronter à son anima ou son animus (la partie contra-sexuelle psychique), l’individu devra détricoter le lien à la Persona auquel le Moi est d’abord identifié. Voici une définition extraite de l’ouvrage[ii] collectif intitulé Le vocabulaire de Carl Gustav Jung, je cite : « La Persona est le nom que Jung a donné au complexe fonctionnel à travers lequel se met en place le rapport avec les objets. Elle ne se confond pas avec l’individualité mais désigne ce que chacun représente pour lui-même et pour son entourage ». En bref, c’est, la forme que prend une personnalité en fonction de son environnement.

En effet, participent à la composition de cette Persona le type d’éducation que l’on a reçu, les normes sociales de l’époque à laquelle on appartient, tous les conditionnements auxquels nous nous soumettons plus ou moins consciemment pour vivre en société. Acquérir des diplômes, tenir un rôle social, obtenir un titre honorifique sont autant d'éléments qui confortent notre Persona. On peut penser à une tenue vestimentaire que l’on enfile et qui nous représente. Mais chacun sait, dans son for intérieur, que l’habit ne fait pas le moine. Si l’on est réduit uniquement à ce que l’on représente, une part de soi-même est sacrifiée. Jung a défini ce concept dans le droit fil de ses expériences intérieures après sa rupture avec Freud. Je cite : « il s’agit donc pour lui d’aller dans le sens d’une dissolution de l’identification du moi à la Persona en tant qu’élément de psyché collective ». Pourtant, la Persona est indispensable. Protection nécessaire pour le Moi, c’est une notion complexe qui, je cite encore, : «se situe à la fois entre l’individu et l’être social, et entre la psyché personnelle et la psyché collective ».

Si la Persona est trop poreuse et ne peut jouer son rôle de filtre, le moi risque de se laisser submerger par les contenus inconscients, par exemple lors des phases difficiles que la vie ne manque pas de nous proposer. Il y a risque de régression à des phases infantiles et perte d’autonomie. L’absence de Persona équivaut à la psychose, à la confusion entre le moi et le non-moi. C’est cette partie de la psyché d’ailleurs que les cliniciens jungiens s’efforcent d’aider à restaurer chez les patients border - line.

Quand le sujet s’identifie trop à sa Persona et que le moi se laisse annexer par elle au détriment de l’être global, il se produit comme une sorte d’usurpation au sein de la personnalité qui se prend pour son image. Il s’identifie alors à son rôle social, valorisé à l’extrême, et peut être tenté d’exercer son pouvoir sur les autres, voire même les entraîner dans son aliénation. A l’inverse, une perte, celle d’une place sociale par exemple, on le voit aujourd’hui, peut amener l’individu à s’effondrer sur lui-même, à décompenser, voire à se suicider. Tout se passe comme si l’être se sent tellement inféodé à sa surface sociale qu’il est entraîné à disparaître avec elle.

Entre ces deux extrêmes, quand le sujet est suffisamment conscient des différentes instances de sa psyché, qu’il entretient une juste distance avec sa Persona, il peut alors se tenir en position d’accueil à l’égard du Soi qui serait, selon Jung, le centre de notre personnalité. Il écrit : « Ce quelque chose qui est tout nous-même, nous est à la fois si étranger et si proche qu'il nous reste inconnaissable ; tel un centre virtuel d'une complexion si mystérieuse qu'il est en droit de revendiquer les exigences les plus contradictoires, la parenté avec les animaux comme avec les dieux, avec les minéraux comme avec les étoiles, sans même provoquer notre étonnement ni notre réprobation. Ce fameux quelque chose exige tout cela et nous n'avons rien en main qui nous permettrait de nous opposer légitimement à ses exigences, dont il est même salutaire d'écouter la voix ».

Cette voix, me semble- t-il, c’est celle de l’être. C’est la vie qui jaillit, qui prend forme, puis s’enfuit, bref c’est ce courant qui nous traverse et qu’il nous revient de laisser s’exprimer en nous, le plus librement possible, sans avoir l’illusion d’en être propriétaire. Dans cette perspective, être et paraître se révèlent comme les deux faces de la même médaille. Faire l’expérience de l’un implique l’existence de l’autre. Mais il s’agit justement de ne pas les confondre.

Dans notre société occidentale contemporaine principalement axée sur l’avoir, la compétition et l’image, faire place à l’être en soi confine à l’exploit. La période actuelle valorise l’apparence ; elle en fait le centre d’intérêt maximum, on peut parler d’une civilisation de l’image dans laquelle ce qui est « vu à la télé ou surtout maintenant véhiculé par les réseaux sociaux » a valeur de réalité ultime. D’ailleurs, à ces nouveaux héros que sont les stars de l’écran, quand on les interroge sur un rôle, revient souvent la question : « vous aviez envie de casser votre image » ? Tombe alors la réponse attendue « Oui, ça m’a fait du bien, j’ai pu m’exprimer sur un autre registre… etc… ». Reste à savoir si, dans cet autre registre, un peu plus d’être peut émerger comme le brin d’herbe réussit à pousser à travers l’asphalte du trottoir.

Mais pour être il faut d’abord paraître et le poème de Victor Hugo revient spontanément à l’esprit :

« Lorsque l’enfant paraît, le cercle de famille applaudit à grands cris.

Son regard doux qui brille fait briller tous les yeux,

Et les plus tristes fronts, les plus souillés peut-être,

Se dérident soudain à voir l’enfant paraître, Innocent et joyeux ».

A ce stade de l’enfance, le narcissisme trouve à se constituer sur des bases que le regard et le toucher maternels ou maternant devraient déjà avoir antérieurement étayées. De leur stabilité dépend, en partie chez l’adulte, l’écart plus ou moins facile à combler entre être et paraître.

Sur le plan astrologique, les identifications du maître Ascendant au SOLEIL sont les premières convoquées. Ensuite celles à JUPITER, principe d’expansion et valeur de déplacement. Vénus qui préside aux relations semble jouer un rôle non négligeable également puisque cette autre planète d’air traduit la notion de plaisir en fonction des premiers attachements du sujet, son mode de séduction, et colore la valeur qu’il s’accorde. Plus on est dans l’extraversion – fond du thème chaud - plus le risque est grand de revêtir le masque de la Persona au détriment des besoins fondamentaux.

 Regardons rapidement 3 thèmes, arbitrairement choisis, qui m’ont semblé pouvoir soulever la question de ce jeu entre être et paraître quand la Persona tend à grignoter le Moi ou à le laisser ouvert à tous les vents…

Dans celui de Vincent BOLLORE, Mercure, maître d’Ascendant, s’insère entre le SOLEIL et JUPITER. Cette triple conjonction, dans le signe dynamique et dominateur du Bélier, appartient à un grand carré en T Cardinal puisqu’elle reçoit l’opposition du couple SATURNE / NEPTUNE en Balance, opposition au double carré de la conjonction LUNE / URANUS en Cancer. L’identification de MERCURE à la conjonction SOLEIL / JUPITER nous révèle à la fois l’héritage (maison VIII) d’une position sociale d’envergure liée au patrimoine familial (JUPITER maître de IV), et le besoin de s’imposer et de diriger (MERCURE est maître de I et de X). Prendre les rênes, faire valoir sa propre capacité à occuper le terrain, le défricher, initier des voies nouvelles et développer ce dont on est chargé par la lignée paternelle. Bref, se glisser dans le costume du chef détenteur du pouvoir masquant ainsi peur de l’échec et sentiment d’insécurité dispensés par la conjonction SATURNE / NEPTUNE dissonante. Apex de l’opposition, la conjonction LUNE / URANUS dénote une sensibilité vive mais inhibée, vraisemblablement génératrice d’humeurs fluctuantes, pouvant apporter tensions, orages et retournements sans préavis. Sur le plan professionnel (maison X) URANUS qui régit le secteur VI, celui des activités quotidiennes, révèle la nature individualiste du sujet dans sa carrière.

Vincent BOLLORE, financier hors pair, rusé, inventif en la matière (maison VIII valorisée et MARS, son maître bien relié à l’ASC et à URANUS) a pour habitude de prendre le contrôle de sociétés à la hussarde. Ce patron richissime d’une entreprise familiale bretonne datant de 1822, d’abord spécialisée dans le papier fin mais aujourd’hui groupe international diversifié dans le transport, la logistique, la communication, les solutions de stockage d'électricité, les plantations d’huile de palme en Afrique, la publicité, les médias et autres activités télévisuelles… ce patron affirme : « nous sommes côtés en Bourse mais la famille contrôle le capital depuis bientôt deux siècles, je n’ai donc pas besoin de plaire. Je me fiche de mon image » ! Pourtant, VENUS angulaire, exaltée dans les Poissons, sur la cuspide de VII, évoque une nature enjôleuse. Rejetée, la planète de l’attachement alerte sur un déficit en la matière qui oriente le sujet vers une quête quasi fusionnelle du regard de l’Autre. Séduire fait donc partie du dispositif.

Il y a bien d’autres choses à analyser dans le thème de cette personnalité dont les activités ont été passées à la loupe dans le documentaire intitulé Vincent Bolloré, un ami qui vous veut du bien (prix Albert Londres 2017). Pour ce qui nous concerne, on peut, sans trop de risque, affirmer qu’il s’agit ici d’une identification à la Persona. Une Persona façonnée par la réussite matérielle de ses ancêtres qui tient ce fils de famille dans un filet de loyautés visibles et invisibles qui confortent ses propres tentations de toute puissance compensatrice de ses manques affectifs. Son échec avec Canal + lui servira- t-il d’avertissement ? C’est peu probable car bien dissimulé par la rentabilité globale du groupe, il lui faut sûrement plus qu’un fiasco pour refroidir ses ardeurs.

Parmi les enseignements de Psychologie Analytique que j’ai reçus à Agapè un cycle de SATURNE en arrière, je me souviens que, vers l’extérieur, l’individu présente comme une façade, un masque social. Cette Persona est la somme de toutes les attitudes conventionnelles adoptées sur le plan professionnel aussi bien que liées à sa classe sociale, son parti, sa nationalité, etc…Pour certains, cette identification à un groupe est tellement forte qu’ils perdent le contact avec leur personnalité authentique. Les aspects extrêmes étant les préjugés raciaux et / ou sociaux toujours bien en vogue par les temps qui courent.

L’eau qui coule dans le thème natal de Vincent BOLLORE pourrait-elle lui accorder un lâcher-prise ? SATURNE exalté en Balance, trigone au Milieu du Ciel, maître de V en II – le significateur des enfants dans le secteur des ressources - est bien relié au MC. Je le cite : « Je suis le sixième jardinier d’une entreprise familiale. Je prépare la suite pour la septième et la huitième génération. Je veux intéresser les enfants aux affaires familiales. Or, les media ça leur parle plus que le papier » ! PLUTON transite actuellement en V au carré de JUPITER : une période idéale pour entamer une mutation. Le « tueur au sourire » comme on l’a baptisé a planifié sa retraite pour 2022, année du 200ème anniversaire de l’entreprise BOLLORE. Passer le relais, oui, mais à condition de se survivre dans une descendance gratifiante. Ses rejetons ont intérêt à être à la hauteur de la succession !

Dans un autre genre, regardons maintenant le thème de Kim KARDASHIAN. Cette personnalité médiatique, actrice, modèle pour photographes, productrice, styliste en vêtements et maquillages, commerçante, créatrice de jeu vidéo, animatrice de télévision et vedette d’une émission de téléréalité à succès – L’incroyable Famille Kardashian – qui met en scène le quotidien de sa famille. D’après Time Magazine, elle fait partie de la liste des 100 personnes les plus influentes dans le monde tandis que Vogue la décrit comme « un phénomène de la culture pop » ! Ce qui la lance ? La publication en 2007 de l’enregistrement de ses ébats sexuels avec un chanteur de R&B pour la modique somme d’un million de dollars habilement multipliés en 5 millions après avoir poursuivi la société de production en justice pour revendiquer ses droits sur cette vidéo. Bref une femme d’affaires adulée comme l’Amérique de Trump les aime.

Balance Ascendant Sagittaire dont le maître, JUPITER, trônant au MC, s’identifie d’un côté à SATURNE et de l’autre à VENUS, cette créature sait exploiter ses charmes et remplir avec persévérance son escarcelle. Animée d’une avidité exacerbée, sans doute compensatrice du manque initial – LUNE / SATURNE - et, en même temps, habitée par un complexe de fuite – NEPTUNE Apex d’un carré en T où s’affrontent les deux planètes féminines LUNE / VENUS, Kim KARDASHIAN exerce une séduction soigneusement entretenue sur son public donc sur sa clientèle. Son père, avocat des stars, aujourd’hui décédé, et sa mère ont divorcé quand elle avait 9 ans. Mariée depuis 2014 au rappeur Kanye West, le couple qui a 3 enfants (dont le dernier advenu par mère porteuse) alimente soigneusement la chronique. Reine du buzz et de la provocation, Kim KARDASHIAN s’efforce de prouver qu’elle demeure une figure de proue dans ce domaine. Son carré VENUS / NEPTUNE l’invite aux amours romanesques mais surtout illusoires et sa conjonction SOLEIL / PLUTON en Balance lui fait traverser des crises passionnelles. Faisant publicité de sa vie privée, elle en récolte jusqu’à maintenant les dividendes. JUPITER règne aussi sur la maison IV et déploie sa loi expansionniste dans la sphère sociale. Son association à VENUS en Vierge qui gouverne les secteurs XI et VI contribue à faire profiter de ses compétences le secteur de l’étranger. Par exemple, en exposant ses courbes généreuses dans des poses suggestives au profit de marques internationales. Bref, une quête de notoriété apparemment insatiable qui exige une discipline toute saturnienne. Je cite le célèbre prof de méditation, Fabrice MIDAL, à son sujet : « Kardashian est obligée de correspondre en permanence à une image qu’elle se fabrique, de se retoucher, de se corriger ».

Pour l’astrologue Eric BERRUT[iii] une planète en chute se trouve sur le terrain le plus étranger qui soit à sa propre nature. Elle est donc placée devant un défi. C’est ici le cas de VENUS en Vierge. Concernant ce signe, voici ce qu’il en dit « le sujet est mis à l’épreuve de la virginité, au sens qu’il a vocation a être lui-même, intégralement lui-même, sans mélange ni confusion psychique. En un mot, il est destiné à être pur comme un diamant complètement raffiné. La pureté du diamant est au minéral ce que l’intégrité psychique est au sujet ». Ce qui fait allusion au travail d’analyse auquel ce signe nous invite pour qui est engagé dans un processus de différenciation.

Ce diamant que Kim KARDASHIAN n’a pas encore réussi à extraire de ses gisements intérieurs, elle se l’est fait offrir pour ses fiançailles. Un solitaire de 15 carats qui a scintillé sur les réseaux sociaux au point d’attiser la convoitise des voleurs venus l’admirer de plus près le 3 octobre 2016 lors du séjour de la star à Paris. Si SATURNE transite alors son ASC et réveille le carré à VENUS, c’est JUPITER revenu dans sa maison X qui est activé par Mars en Capricorne. Un mauvais moment à passer mais une sacrée publicité ! En tout état de cause, il semble bien que, pour cette femme, susciter le désir et l’envie, tient non seulement lieu d’une vitrine alléchante pour un commerce rentable mais aussi d’un miroir dans lequel elle puise un reflet gratifiant. Cette tentative de pallier ses frustrations et ses angoisses en se dissimulant derrière une Persona envahissante risque fort de laisser une bonne partie de son identité féminine - LUNE Poissons piquée au fond du thème – fluctuant dans des méandres fantasmatiques, noyée dans une dépendance fusionnelle au passé, sans véritable contenant. A moins que sa maîtrise sur la maison VIII ne lui offre une voie de rédemption pour convertir ses bijoux en richesse intérieure ?

Jetons maintenant un coup d’œil au thème de l’écrivain Frédéric BEIGBEDER. Ce mercurien bon teint – ASC Gémeaux avec MERCURE en Vierge conjoint au SOLEIL dans le même signe -  qualifié de « people des lettres » par la presse, avait tout pour jouer les trublions. Cette conjonction se trouve aux prises avec un carré de JUPITER exalté en Cancer et sous l’emprise du couple URANUS / PLUTON, planètes génératrices de rébellion. Un esprit critique, voire caustique chez une nature dont l’équilibre émotionnel est particulièrement dépendant du climat familial (LUNE angulaire en IV) et qui tente de compenser sa fragilité par un besoin de briller, d’être sur le devant de la scène, avec toute la cohorte d’excès qu’un JUPITER fort et dissonant peut octroyer. 

Deuxième fils d’un père d’origine bourgeoise, amoureux de philosophie antique mais devenu chasseur de têtes et d’une mère aristocrate qui finira par traduire des romans à l’eau de rose pour assurer le quotidien, Frédéric BEIGBEDER est resté marqué par la séparation de ses parents jamais verbalisée. Le mot divorce, écrit-il, « ne fut jamais prononcé avant des années ». Après une enfance partagée entre les deux foyers parentaux et ponctuée de déménagements et de changements d’environnement, il entre à Sciences Po dans une promo qui compte du beau monde, base de son gigantesque réseau mondain. Durant une dizaine d’années, Frédéric BEIGBEDER est publicitaire le jour et fêtard la nuit tout en s’adonnant déjà à l’écriture.

En 1990 sort son premier roman, Mémoires d'un jeune homme dérangé suivi de Vacances dans le coma (tout un programme) qui lui valent un petit succès d’estime. Mais c’est la publication de 99 francs en 2000 qui le lance vraiment. Enorme succès. JUPITER transite en Taureau en harmonie des planètes en Vierge, arrive sur l’ASC Gémeaux pour se trouver ensuite au trigone du MC. Avec cette charge violente contre la publicité, il se suicide professionnellement. Je le cite « J’ai guéri de mon ulcère à l’estomac en me défoulant sur tout ce dont j’avais été témoin : la fabrication de la propagande du capitalisme ». Licencié par l’entreprise qui l’employait, ce touche-à-tout va donner libre cours à son art de la pirouette et occupera de multiples fonctions : animateur télé, réalisateur, rédacteur en chef d’une célèbre revue - LUI pour ne pas la nommer- critique littéraire, tout en continuant de manier la plume. Très controversé pour ses pitreries provocatrices et son humour corrosif. Certains le prennent pour un bateleur sans talent, d’autres pour celui qui dépoussière le milieu de l’édition. Notamment par sa création du Prix de Flore qui va mettre en lumière une nouvelle génération d’auteurs.  Le dandy germanopratin occupe l’espace médiatique.

A la fois sujet de ses propres livres et critique de lui-même dans ses autofictions, il obtient pourtant le prix Renaudot pour Un roman français où il fouille son histoire familiale. Ce récit a pris naissance à l’issue d’une arrestation pour consommation de drogue sur la voie publique, suivie d’une garde à vue éprouvante. A le lire, cet événement lui a donné l’occasion de prendre conscience de l’enfant qui refusait de grandir en lui, caché derrière ses souvenirs occultés. Bref, de faire le point dans sa vie. Le 28 janvier 2008 (c’est lui qui précise la date), PLUTON accompagné de JUPITER transite en maison VIII au carré du SOLEIL et opposé à JUPITER tandis que se produit l’opposition d’URANUS à lui-même ! Le virage du milieu de la vie s’accomplit.

Pour son dernier roman, Une vie sans fin, Frédéric BEIGBEDER s’est plongé dans un sujet à la mode : transhumanisme et génétique, se prêtant lui-même à certaines expérimentations. Il y raconte l'histoire d'un animateur de télévision dont l’émission s’appelle « La mort de la mort » et qui assène : « la mort, c’est démodé, il faut guérir de cette maladie ». La mort, un thème obsessionnel qui court dans l’œuvre de ce plutonien. Parlant du narrateur de ce récit écrit à la première personne, il commente : « Son je est celui de toute ma génération. J’ai commencé par la décadence, et maintenant, avec des enfants, il faut je dure un peu, le temps de finir à la messe et à l’Académie ». Est-ce une quête d’immortalité, au moins littéraire, lui demande le journaliste ? : « répondre oui serait ridicule, et non serait un mensonge. Dès qu’on prend la plume, on a ce fantasme pitoyable de durer » réplique-t-il.

Si son narcissisme relève de l’identification du maître ASC au SOLEIL et de l’inflation exercée par JUPITER, il s’agit sans doute de compenser l’inquiétude latente de la Vierge et l’angoisse viscérale dispensée par PLUTON. Avec ce trio relayé par le pôle Scorpion dans lequel NEPTUNE embrume le couple VENUS / MARS, on comprend ce qui a pu provoquer, chez ce sérial noceur, l’attrait de l’érotisme et des paradis artificiels. Une ambivalence amour – haine, domination – soumission, se tisse à des désirs tourmentés, des voluptés complexes et un romantisme échevelé, une soif d’évasion, véritable complexe de fuite. En dissonance de la LUNE, c’est le témoin des traces engrammées dans la petite enfance qui annonce les alea potentiels pouvant en découler dans les relations amoureuses. Notamment en matière d’instabilité affective, d’humeur changeante, d’impulsivité, d’aspirations nébuleuses et donc de remises en question passionnelles. Car ce cérébral est aussi un « lunaire  contrarié ». Sa LUNE, angulaire en IV, imago maternelle hissée sur un piédestal dans le signe du Lion, ne reçoit que des dissonances. Elle est donc susceptible d’en dégringoler fréquemment. Maître de III, elle évoque, en plus du lien maternel, celui qui le lie à son frère Charles – aujourd’hui homme d’affaires, personnalité politique engagé très à droite et catholique pratiquant. Un lien à la fois prégnant et teinté d’antagonisme. Je le cite « il me semble que tous mes actes, depuis toujours, sont dictés par mon aîné. Je n’ai fait que l’imiter puis m’opposer à lui, me situer par rapport à mon grand frère, me construire en le regardant […] Le problème c’est que Charles est imbattable, c’est l’homme parfait. Il ne m’a donc laissé qu’une option : être un homme imparfait ».  Mais cette LUNE est aussi la source de sa fibre littéraire, son anima orgueilleuse qui inspire son besoin d’expression et nourrit son imagination.

Dans son dernier opus, il stigmatise, en s’y incluant, le monde contemporain où l’injonction « be yourself » se brise paradoxalement sur l’uniformité anesthésiante des comportements dont le selfisme ambiant est le symptôme. Le narrateur déclare : « Parfois, l’unique moyen de vérifier que je suis vraiment vivant consiste à regarder sur ma page Facebook combien de personnes ont liké mon dernier post » !  Un constat amer mais lucide que Frédéric BEIGBEDER abandonne à son double pour, on l’espère, s’en différencier. Dans Un roman français, l’auteur avouait déjà : « jusqu’à présent j’ai décrit un homme que je ne suis pas, celui que j’aurais aimé être, le séducteur arrogant qui faisait fantasmer le BCBG coincé en moi. Je croyais que la sincérité était ennuyeuse ».

Maintenant cinquantenaire, marié pour la troisième fois et bientôt père d’un troisième enfant, le voilà peut-être prêt à accéder à son « être essentiel » comme le dénomme Karlfried Graf Dürckheim ? Cet auteur écrit [iv], je cite : « Inlassablement, l’Etre (avec un E majuscule) cherche à percer en nous, faisant œuvre régénératrice et protectrice et surtout nous incitant à acquérir une forme de vie individuelle et un état de l’être tout entier qui porte témoignage de sa présence ». On retrouve ici la notion de Soi décrite par Jung. Dans ce contexte, la Persona c’est le voile derrière lequel l’individu tente d’advenir à lui-même dans son rapport au monde. Moins on est identifié à sa Persona, plus elle peut jouer son rôle de fonction de relation avec autrui et plus l’écart entre être et paraître se réduit tandis que l’individu se rapproche d’un équilibre.

 Le cinéaste Ingmar Bergman ne s’y est pas trompé en intitulant l’un de ses meilleurs films Persona, à propos duquel il déclarait : « dans Persona je suis arrivé aussi loin que je peux aller ; j’ai touché là, en toute liberté, à des secrets sans mots que seul le cinéma peut découvrir ». A croire, en effet que, dans l’autre sens, la Persona n’est pas uniquement le faux-self conceptualisé par Winnicott mais une porte d’entrée sur notre âme.

www.arianevallet.com

[i]  Cf. la participation mystique de Lévy-Brühl

[ii] Le vocabulaire de Carl Gustav Jung, ouvrage coordonné par Aimé Agnel, Ellipses

[iii] Aux sources de la vie psychique, Les Editions de Janus

[iv] Hara, centre vital de l’homme, Karlfried Graf Dürckheim, Le courrier du livre


APPORT DE L’ASTROLOGIE A L’ORIENTATION PROFESSIONNELLE

APPORTS COMPARES DE LA MORPHOPSYCHOLOGIE, DE LA GRAPHOLOGIE

ET DE LA NUMEROLOGIE

*******

INTRODUCTION

                Cette présentation est extraite de mon mémoire AGAPE fait en 2001 sous la direction d’Yves Lenoble sur le thème de l’analyse comparée des apports de l’astrologie, la morphopsyschologie, la graphologie et la numérologie au vaste problème du choix d’une orientation professionnelle. Plus que d’essayer de déterminer un métier, cette étude vise à montrer l’influence du planétaire sur cette détermination car c’est ce qui est l’élément commun à tous ces outils.

Ce mémoire comprend l’étude d’une douzaine de cas d’orientation de jeunes garçons et filles sous l’angle de ces différentes techniques, cas que j’ai pu rencontrer en parallèle à mon travail de Psychologue à l’Education Nationale et avec qui j’ai voulu vérifier la validité de ces outils un peu ésotériques en comparaison des techniques d’orientation habituelles.
Je dois dire d’emblée que ce travail a montré que toutes ces techniques sont complémentaires les unes des autres, mais que de toutes, l’astrologie est à la fois la plus complète et la plus complexe, justifiant par là, le fait qu’on y ait recours.
Pour ceux qui y avaient déjà assisté, j’ai présenté il y a déjà quelques années un cas issu de ce mémoire, celui de Vincent devenu contre toute attente chanteur lyrique. Cette année, c’est le cas de sa sœur Valérie, qui a choisi une voie plus classique, que je vais vous présenter.

ORIENTATION CHEZ LES ASTROLOGUES ET LES PSYCHOLOGUES : BREF HISTORIQUE (cf. diapo)

Disons que la littérature sur le sujet de l’Orientation Professionnelle chez les astrologues comme chez les psychologues n’est pas très abondante.
- Chez les astrologues, il est communément admis que détecter la profession dans un thème est chose très difficile, comme le disait déjà J. Cardan en 1556.
Ptolémée, au 2ème siècle avant JC parlait de « Seigneur de la profession » à propos du Soleil et du MC.
Volguine, en 1949, ajoutait que, si tous les astrologues étaient d’accord pour faire du MC le significateur principal de la profession, la détermination du métier demandait généralement le concours de presque tous les éléments du thème…
Il faut citer bien sûr les statistiques de Gauquelin en 1955 sur 16 336 personnes s’étant le plus distinguées dans leur profession, et qui notait l’importance de la Lune chez les écrivains, de Vénus chez les artistes, de Mars chez les sportifs etc…Mais ce même Gauquelin précisait en 1973 : « ce n’est pas la profession de ces personnes, mais leur caractère qui est en relation avec ces planètes dominantes. Il n’y a pas de planètes professionnelles, il n’y a que des planètes tempéramentales ».
Et pour finir, citons André Barbault en 1987 : « entre toutes les activités, le sujet choisit de préférence celles qui s’accordent à son type planétaire dominant : le vénusien, un métier de charme, le martien un métier où il pourra dépenser sa vitalité, etc…Mais il dira aussi dans son astrodiagnostic d’OP : « il est possible de voir des thèmes dans lesquels les astralités inclinent à la vocation par des angularités fortes, un Soleil dominant, un MC valorisé, un secteur très occupé, et d’autres thèmes dits non spécialisés, avec des astralités sans relief, ni unité, ni dominante, appartenant à des personnes qui n’investissent qu’une partie de leur capital dans leur métier où ils se montrent plus ou moins doués ».

-Chez les psychologues :

Disons qu’on est passé d’une conception diagnostic de l’Orientation où l’on repérait des aptitudes (pratiques psychométriques des années 30), à une conception éducative en Orientation dans laquelle on donne plutôt au jeune les moyens de découvrir lui-même sa voie (à partir des années 70) par la connaissance de soi, des formations et de l’environnement économique et social.
La théorie de l’Orientation Professionnelle la plus utilisée actuellement est celle de J. Holland parue en 1966 et bâtie sur l’hypothèse selon laquelle les choix professionnels constituent une extension de la personnalité, une tentative d’actualiser des styles de comportement dans le cadre de la vie professionnelle (vous remarquerez au passage que ce qui n’est pas  différent de ce que disaient les astrologues).
Holland dégage 6 grands types professionnels ou « façons d’être » particuliers : (cf. diapo)

l’orientation réaliste (R) : avec intérêts pour les activités pratiques, sens du concret, habilité manuelle, force physique, goût pour les activités de plein air et pour une certaine dépense physique, préférant traiter avec les  choses plutôt qu’avec les personnes

l’orientation investigatrice (I) : avec  préférence pour la pensée sur l’action, sens de la recherche, goût pour les activités intellectuelles, la résolution de problèmes complexes, les études, préférant travailler seul plutôt qu’avec des personnes ou des choses

l’orientation artistique (A) : avec expression de soi par l’expression artistique, la sensibilité, l’imagination, la création

l’orientation sociale (S) : avec sens social, altruisme, générosité, relations interpersonnelles dans le but d’aider, d’informer, de conseiller, d’apprendre aux autres, aimant traiter avec les gens plutôt qu’avec les choses

l’orientation entrepreneuriale (E) : avec sens du commandement, ambition, énergie, esprit d’entreprise, habilité verbale pour persuader, influencer, vendre, aimant traiter avec les gens et les idées plutôt qu’avec les choses

l’orientation conventionnelle (C) : avec sens de l’organisation, goût des règles, de l’ordre, des structures bien définies, intérêts pour les activités administratives (classement, vérification, planification…), aimant travailler à l’intérieur sur des mots, des chiffres plutôt que sur des personnes.
De plus, Holland postule que ces 6 grandes familles d’intérêts peuvent être représentées sur chacun des sommets d’un hexagone, les sommets relativement proches correspondant à des intérêts et traits personnels proches, tandis que les sommets éloignés (voire opposés) correspondent à des intérêts et traits personnels très différents. (cf. diapo)

METHODOLOGIE

Les jeunes de mon étude ont donc passé le questionnaire de Holland en complément souvent à d’autres outils d’orientation : entretien avec anamnèse, bilan intellectuel, autres questionnaires d’intérêts…Et, ils ont écrit sur une feuille blanche comment s’était présenté pour eux le problème du choix d’orientation du plus loin qu’il leur en souvenait, et ont fourni une photo actuelle de leur visage, en couleur, de face et de profil. L’étude a consisté à mettre en correspondance leur profil Holland avec leur thème astral, leur morphopsychologie, graphologie et numérologie.

Commentaire du TABLEAU D’HYPOTHESES entre le profil de Holland et l’astrologie avec planètes, signes, maisons et éléments valorisés (cf. diapo).

Commentaire du TABLEAU DE SYNTHESE DES CORRESPONDANCES ASTRO-MORPHO-GRAPHO-NUMERO (cf. diapo)

Concernant la morphopsychologie, basée sur les travaux du docteur Corman d’après l’interprétation des formes du visage, après une analyse succinte du cadre, des récepteurs et des différents étages du visage, il s’agira de repérer le ou les types planétaires qui s’en dégagent suivant l’analyse de Munzinger et A. Barbault basé sur les tempéraments hippocratiques (comme par exemple le visage lunaire tout en rondeur, le visage martien beaucoup plus anguleux…).

Concernant la graphologie, qui est basée sur le symbolisme de l’espace, je ne ferai qu’une analyse très succinte aussi selon la méthode planétaire de Mme de St Morand qui aidée par Munzinger et A. Barbault a fait un travail de recherche de correspondance entre écriture et typologie planétaire, travail auquel ont été rajoutées depuis les planètes trans-saturniennes (écriture lunaire toute en vagues et ondulations, écriture solaire redressée, élevée vers le haut…).

Concernant la numérologie, basée sur le symbolisme des nombres, je me limiterai aussi au fait que les chiffres du prénom et du nom de naissance concernent le potentiel de la personne et ceux de sa date de naissance (jour, mois, année)  la route à suivre (selon l’école française de J.D. Fermier).
- Le chiffre d’aspiration (somme des voyelles du prénom et du nom) représente les désirs profonds,  les attentes de la personne
- Le chiffre de réalisation (somme des consonnes du prénom et du nom) indique les réalisations concrètes, le domaine où on se sent bien, où l’on peut donner le meilleur de soi, entre autre dans la profession
- Le chiffre d’expression (somme des voyelles et des consonnes du prénom et du nom) est le reflet de la personnalité dans sa globalité, avec ses capacités et aptitudes potentielles.
- Les initiales du prénom et du nom expriment aussi une vibration qui résument la personnalité.
- Le chemin de vie (somme des chiffres de la date de naissance) résume  la totalité de l’existence, son tracé, son parcours, les autres nombres n’étant que les outils pour accomplir ce chemin.
- La grille d’inclusion dénombre combien il y a de chiffres de même valeur dans le prénom et le nom et permet de voir comment est vécu le chemin de vie, avec quels manques ou excès, c’est une leçon de vie à apprendre.
On pourra voir que chaque chiffre peut être rapporté à une ou des planètes, signes, maisons, suivant la correspondance établie par Martine Barbault et les ajouts d’Aline Gorry, élève de Martine.

Donc, vous voyez que pour ce qui est de la morphopsychologie, comme de la graphologie ou de la numérologie, il ne s’agit pas de faire une analyse exhaustive, ni de déterminer un métier à partir d’un visage, d’une écriture ou de chiffres, ce serait presqu’aussi difficile qu’avec l’astrologie.
Il s’agira seulement de voir ce qui du thème astral se trouve par ces  autres outils accentué ou pas, redondant ou pas, actualisé ou pas, mis en valeur ou pas, confirmant ainsi l’outil astrologique lequel est l’objet premier de cette étude sur le versant Orientation Professionnelle.
C’est la typologie planétaire, je le répète, qui fait le lien entre toutes ces approches complémentaires, et c’est en quelque sorte cette typologie planétaire qui est reliée aux résultats du profil Holland.

Pour illustrer l’universalité de cette typologie planétaire, prenons l’exemple tour à tour d’un thème astral, d’un visage, d’une écriture et de chiffres mercuriens :
- un thème où Mercure est très valorisé met l’accent sur la fonction psychique mercurienne de pensée, mental, communication, échanges, mise en relation, curiosité, vivacité d’esprit, jeunesse, une certaine primarité, mobilité, rapidité, adaptation, souplesse…
- un visage où Mercure est valorisé est en forme de triangle pointe en bas, avec une dominance de la zone cérébrale, il est plutôt petit et menu, léger, d’ossature délicate, avec un côté juvénile, les formes sont fines, avec une grande mobilité des traits, les récepteurs sont aiguisés, petits, mobiles, sans charnus, fins, le menton est pointu et le modelé est plutôt plat…
- une écriture où Mercure est valorisé est caractérisée par des inégalités en tous genres, de taille, de forme, de pression, de direction, elle est plutôt petite, présente des simplifications, des combinaisons personnelles astucieuses, le trait est fin et sec, rapide, les hampes sont plus marquées, ce peut être une écriture en patte de mouche, parfois désinvolte.
- les chiffres mercuriens sont le 5 par l’aspect liberté, changement, aventure, adaptation, curiosité, et le 3 par la capacité à s’exprimer, le goût des contacts, la curiosité, l’adaptabilité.
Si tous ces éléments sont convergents sur un même cas, ils se confortent les uns les autres et peuvent orienter plus sûrement vers un domaine professionnel où ces tendances seront à l’œuvre.
Par contre, si sur un même cas, tous ces éléments divergent, il sera nettement plus difficile d’en déduire un domaine professionnel. Si une ou deux fonctions planétaires ressortent de ces différents outils, il faudra voir selon leur force comment les associer pour trouver un domaine professionnel où ces différentes tendances puissent se combiner.

ETUDE DE CAS : VALERIE (15 ans) ORIENTATION SOCIALE

Anamnèse (cf. diapo)

Profil Holland 

Dominante sociale, puis conventionnelle, ce qui pouvait faire penser aux métiers ayant trait au social dans un cadre très structuré.

Astrologie (cf. diapo)

-on voit déjà que toutes les planètes du septennaire sont regroupées au-dessus de l’horizon, ce qui indique un besoin de confrontation au monde, à la réalité extérieure, au social, à des énergies collectives.
- avec les 2 luminaires qui culminent, le socio-professionnel est comme mis en valeur, on y rayonne, d’autant que le Soleil est le MA, la personne est solaire, désire être un modèle quelque part.
La Lune, gonflée par Jupiter conjoint, représente un peu le rôle de mère, une fonction où on prend soin des autres, où on est en rapport avec l’enfance, avec un public.
On pourrait dire aussi une profession utilisant à la fois créativité (Soleil) et imagination (Lune), un rôle de père et mère à la fois (Soleil et Lune).
- Jupiter lui-même étant mis en valeur par la Lune conjointe, au MC, il y a une notion de protection, de représentation, de place importante à tenir, d’enseignant, de guide.
C’est comme si, dans ce thème, et on l’a vu dans l’anamnèse, l’image des 2 parents, éclairait le destin de leur fille : ils ont en effet fait avant l’heure des choix très actuels d’écologie, bio, école Steiner, ce qui a un côté pionnier (Lune Bélier) et un souci de naturel (Soleil Taureau).
- on voit aussi une belle figure d’enveloppe qui pointe sur l’AS Lion, d’où le message du thème, devenir cette personne solaire, droite, sûre d’elle,  Uranus angulaire au FC en rajoutant aussi dans la verticalité.
- avec le MC Bélier, la Lune en Bélier et l’AS Lion, on a le besoin d’être son propre chef, de diriger,  tout en étant Soleil Taureau, paisible, douce, pondérée.
- avec le Soleil MA culminant, Jupiter culminant, Uranus  angulaire, le grand trigone de Feu, les signes émetteurs valorisés, il y a beaucoup de valeurs chaudes d’extériorisation, de dynamisme, d’énergie qui constituent le moteur de la personne
- on notera tout de même dans ce thème avec Uranus - Pluton, une autre tendance de la personnalité, plus intérieure, moins manifestée à l’extérieur, un aspect plus rebelle qui transparait dans le contenu de sa lettre, comme on le verra.

En résumé dans ce thème,  si l’on se réfère au tableau d’hypothèses,  les éléments astrologiques associés au profil Holland sont bien présents :
- orientation sociale : Jupiter valorisé, en domicile de maison, culminant, maître de la maison V, Soleil dans un signe vénusien, quarte d’air
- orientation conventionnelle : Lune, Soleil, Jupiter culminants, signe de Terre Taureau, signes fixes
On pourrait y ajouter une orientation entrepreneuriale possible par l’importance des planètes chaudes (Soleil, Jupiter, Uranus), des signes de Feu (Bélier, Lion), émetteurs, cardinaux, tendance qui vient effectivement après les 2 autres au Holland, à égalité avec la tendance artistique (Soleil Taureau, Lune conjointe à Jupiter, AS Lion).

Morphopsychologie (cf. diapo)

L’impression générale donnée par son visage est celle de calme, de puissance, sûreté de soi, autorité, sensualité.
- Le cadre du visage est dilaté, sténique, solide.
- Le modelé est charnu, doux, ondulé, moyennement tonique.
- Les récepteurs sont assez grands, charnus, tenus, en bonne proportion par rapport au cadre.
Ce qui donne une bonne expansion vitale, une bonne gestion de cette puissance vitale, un besoin de contacts avec l’extérieur et une souplesse d’adaptation.
Il y a une assez bon équilibre entre les 3 étages du visage, d’où  quelqu’un d’assez équilibré entre les fonctions cérébrales, affectives et instinctives.
- L’étage cérébral est bien développé, pas très différencié, aux formes douces, en ogive, comme les sourcils, les yeux ont la paupière supérieure un peu tombante, ce qui donne beaucoup de réceptivité. D’où des capacités d’assimilation, d’imagination, créativité, compréhension intuitive et une intelligence plus globale qu’analytique.
- L’étage  affectif est bien présent aussi, avec le nez grand et projeté à la base relevée, les narines ne sont pas abritées, ce qui donne un besoin de participation avec le monde extérieur, une ouverture aux autres, un besoin de contacts, un côté moteur.
- L’étage instinctif est lui-aussi bien développé, les oreilles sont implantées bas à ce niveau, la bouche est grande, très bien dessinée, charnue et fine à la fois, très sensuelle, assez bien tenue, ce qui fait que la personne est active, bien insérée dans le réel, le concret, avec des instincts forts qu’elle contrôle. Le long cou dégage aussi des instincts. Cette bonne base peut lui donner les moyens de s’imposer au niveau social et de réaliser ce qui a été imaginé au niveau cérébral, tout cela avec fermeté, mais souplesse tout de même. C’est l’expérience qui importe chez elle, l’activité de terrain.

Comparaison astro - morpho (cf. diapo)

Au niveau typologie planétaire, on retrouve dans ce visage les 3 planètes les plus culminantes du thème (Jupiter conjoint Lune et Soleil MA en Taureau, signe vénusien) :
- le type Jupiter par la forme générale du visage dilaté et charnu, la sensualité
- le type Vénus par les formes douces, le charme, la féminité
- le type Soleil aussi par la structure du front et des sourcils en ogive, les cheveux abondants, l’harmonie de l’ensemble du visage, le côté altier qui s’en dégage
- le type Lune un peu aussi par la réceptivité, les rondeurs

Graphologie (cf.diapo)

-L’écriture de Valérie est fort penchée à droite, ce qui dénote un élan vers les autres, un désir de communiquer, de les rencontrer (orientation sociale).
- Son écriture est assez relâchée et étalée, elle prend de la place, avec de grandes majuscules, avec des espacements entre les mots, à la Lune-Jupiter, 2 planètes qui culminent dans son thème. Le trait est léger, peu appuyé, un peu filiforme, la ligne est ondulante, il manque des ponctuations, des barres de t…d’où une certaine nonchalance lunaire.
- L’écriture est aussi en forme de guirlande, ce qui dénote de la réceptivité, de l’écoute, un peu de passivité aussi, ce qui est assez vénusien (Vénus maîtresse du Soleil en Taureau).
- Il y a aussi des surélévations dans les hampes, ce qui est à la fois jupitérien et assez solaire, notamment sur les P, symbolisant la parole, le pouvoir : la parole s’élève, elle est inspirée, péremptoire, elle en impose.
De plus, avec les verticales appuyées, on a un grand besoin d’affirmation, d’où sous des dehors souples, charmants, elle a des convictions, et comme un besoin de s’imposer en forçant le trait.
- On pourrait peut-être ajouter un soupçon de Mars, par l’inclinaison à droite qui va de l’avant, quelques pics par çi par là, mais c’est vraiment un Mars noyé dans l’eau (Mars maître du MC en Poissons)

Comparaison astro - grapho (cf. diapo)

Au niveau typologie planétaire, on voit encore que les planètes qui ressortent dans l’écriture sont les plus culminantes du thème, donc elles sont bien activées :
- le type lune  avec la ligne ondulante, les espacements entre les mots et entre les lignes
- le type Jupiter, avec l’étalement et le relâchement, l’écriture qui prend de la place, avec des surélévations et l’importance des majuscules
- le type Soleil aussi par les surélévations dans les hampes, notamment sur les P, symbolisant la parole, le pouvoir qui s’impose. Avec les verticales appuyées, il y a un grand besoin d’affirmation, comme un besoin de s’imposer en forçant le trait.
- le type Vénus par l’écriture un peu en guirlande

Le moins que l’on puisse dire, si l’on se réfère cette fois au contenu de sa lettre, c’est qu’elle ne semble pas portée par une vocation et que ses choix ont toujours été guidés par l’expérience, les stages, donc la confrontation au réel, ce qui est à la fois très concret, pratique (Taureau) et très lunaire, il y a une certaine dépendance au contexte, l’influence aussi du hasard (« suite à une erreur, elle découvre sa voie ») : ce qui peut être en liaison avec le grand trigone entre Lune Jupiter, Neptune et l’AS, les trigones étant une facilité, on se laisse porter par le courant avec ces planètes, d’autant que Neptune est en conjonction du NN, comme si le hasard guidait son chemin
A noter, quoiqu’elle en dise que la motivation sociale existait bien chez elle, puisqu’elle avait pensé au métier d’assistante sociale, et que son désir final d’être institutrice a bien une coloration Lion, signe qui a besoin d’être expert et chef en son domaine.
Le travail d’institutrice en maternelle qu’elle a finalement choisi faisant lui très bien référence à ce rôle de mère avec la  Lune Jupiter culminante, aux notions de créativité, d’imagination, de manipulations concrètes (Soleil en Taureau) nécessaires avec les tous petits.
On discerne aussi dans le contenu de sa lettre un peu son côté plus rebelle (Uranus au FC), « je n’aimais pas du tout l’école », « j’aurai tout fait sauf enseignante, cela ne m’intéressait pas du tout ».

Numérologie (cf. diapo)

- Son chiffre d’aspiration est : elle aspire à la stabilité, la sécurité et la régularité. Elle aime  travailler avec ordre et méthode. C’est une bosseuse qui aime ce qui est sûr, solide (Soleil Taureau).
- Son chiffre de réalisation est 1 : elle se réalisera dans l’initiative personnelle, l’action individuelle, le leadership. Elle est apte au commandement et à la direction. Elle a besoin d’autonomie dans son travail (MC Bélier, Lune Bélier, AS Lion, MA Soleil culminant, figure d’enveloppe sur l’AS)
- Son chiffre d’expression est : elle a par nature besoin de liberté et d’autonomie sur le plan personnel et professionnel. Elle s’intéresse à tout et dispose d’un grand pouvoir d’adaptation. Créative et intuitive, elle a le sens du concret et peut passer rapidement à l’action. Le mouvement, le changement, la diversité lui sont nécessaires.

- Les initiales de son nom et de son prénom font 9 : ce qui est une capacité à s’intéresser aux problèmes humains (orientation sociale). A noter que l’initiale de son prénom seul fait 4, ce qui insiste encore sur les qualités d’ordre, de méthode, d’application.

- Son chemin de vie est 8 : c’est un chemin qui symbolise le pouvoir, l’autorité, le succès matériel et les gains financiers. Il nécessite une grande force de caractère, un grand courage et d’excellentes ressources énergétiques (Lion, Bélier, grand trigone de Feu, Soleil MA en Taureau, Pluton).

Mais la grille d’inclusion montre qu’elle manque de lettres de valeur 8, lequel chiffre est son chemin de vie, d’où peut-être des difficultés pour accomplir ce chemin ?...

Comparaison astro - numéro (cf. diapo)

Les chiffres de Valérie sont bien encore en concordance avec son thème, et les planètes qui ressortent dans ses chiffres sont aussi les plus importantes du thème, à l’exception de ce qui est jupitero-vénusien  :

- 1 et 8 vont dans le même sens et ont l’autorité en commun (cf. Soleil MA culminant, l’AS Lion, la Lune en Bélier, l’amas Bélier), ils renvoient aux types Soleil, Mars, Pluton
- 4 parle du désir de stabilité, structure, concret par le Soleil culminant en Taureau
- 5 c’est la liberté, l’autonomie, le changement, la diversité (cf. l’AS Lion, Uranus angulaire, la Lune valorisée)
- 9 l’ altruisme par le maître du MC en Poissons, le grand trigone entre l’AS, Lune Jupiter et Neptune, et peut-être Chiron piqué sur le MC

La voie finalement choisie (institutrice de maternelle) est bien en adéquation avec tous ces chiffres car elle doit y représenter une figure d’autorité bienveillante, un peu mère et père à la fois, dans un cadre bien structuré, stable, et dans sa classe elle est  le chef mais très libre,  son travail  est varié, très concret et créatif, le seul bémol peut être en ce qui concerne le succès financier et matériel du 8, chiffre manquant dans sa grille…

Synthèse morpho - grapho - numéro - astro (cf. diapo)

On pourrait dire que ce sont bien les mêmes planètes dominantes qui ressortent de tous ces outils mais dans des proportions différentes :
- Sa morpho fait bien ressortir le type planétaire dominant (Jupiter), mais elle ne montre pas certaines autres planètes importantes mais moins visibles dans le thème (par exemple Uranus), non marquée sur son visage
- Sa grapho fait ressortir la ou les planètes les plus culminantes, là-aussi pas celles situées dans des maisons moins visibles comme Uranus angulaire au FC.
- Sa numéro fait très bien ressortir le besoin de leadership, de réalisation sociale, d’indépendance, de liberté, d’altruisme, de diversité, dans un cadre bien structuré, moins le côté jupitéro-vénusien
- Son thème astral est le plus complet car il indique toutes les composantes planétaires dont il va falloir tenir compte, celles plus visibles et celles moins.
Ce qu’on peut voir dans le cas de Valérie, et qui est loin d’être toujours le cas, c’est que tous les outils se recoupent, il n’y a pas de discordance, mais une sorte de cohérence interne.
L’astro, la morpho, la grapho et la numéro se rejoignent sur les valeurs plus ou moins marquées de Soleil (peut-être moins dans la grapho),  Lune, et Jupiter (moins la grapho et la numéro). Notons que ce sont les planètes qui culminent dans son thème.
Donc, ces fonctions planétaires se renforcent et vont constituer une motivation première dans la recherche d’une orientation professionnelle où les notions de rayonnement, autorité naturelle, créativité (Soleil), imagination, écoute, enfance, soins (Lune), protection, guide, enseignement (Jupiter) devront être importantes.
Ce qui se retrouve bien dans le choix qu’elle a fait de devenir institutrice de maternelle, c’est bien une orientation sociale (selon Holland) et conventionnelle aussi (EN une institution très structurée).
Elle a aujourd’hui une trentaine d’années, a passé un Bac S, puis une licence de psychologie et le concours d’entrée dans l’Institut de formation des Maîtres (IUFM) comme on l’appelait à l’époque. Elle y a obtenu son Certificat d’aptitude d’institutrice, et changé beaucoup de poste. Elle s’épanouit visiblement dans ce métier et ses compte-rendus d’inspection ont toujours été élogieux.

CONCLUSION

Pour conclure, il est nécessaire de revenir au modèle de Holland (RIASEC) présenté sous forme hexagonale.
- On peut avoir affaire à des profils Holland peu différenciés où tous les types sont à peu près au même niveau : la personne a donc des centres d’intérêts multiples, et il peut lui être difficile de s’investir dans un seul champ d’activité, aucun métier ne pouvant satisfaire pleinement ses aspirations…(cf. les thèmes astraux en splash où toutes les planètes se répartissent également autour du zodiaque). Un moyen de résoudre ce problème est de trouver une activité professionnelle suffisamment variée, ou bien d’avoir recours à des changements au cours de la vie professionnelle, ou encore d’exercer des métiers différents.
- On peut trouver, mais c’est rare,  des profils Holland très bien différenciés avec attirances et rejets marqués (cf. les thèmes astraux en coin ou de spécialistes où les planètes sont regroupées dans un secteur). Les intérêts sont focalisés, et ces personnes n’ayant pas de problème de choix peuvent même faire des choix précoces, on peut parler là peut-être de vocation…
- Il peut y avoir, et c’est plus fréquent, des profils Holland convergents où les types d’intérêts sont voisins, connexes. Cette proximité leur facilite la prise de conscience de ce qui leur convient le mieux, même s’il faut mélanger 2 intérêts proches (comme l’esprit d’entreprise et le social par exemple).
- On peut avoir aussi, c’est plus rare heureusement, des profils Holland divergents où les pôles d’intérêts les plus marqués sont éloignés, voire opposés (cf. les thèmes astraux en balançoire). La personne se sent tiraillée entre des intérêts très différents et a l’impression d’avoir des choix impossible à faire. De l’extérieur, elle peut être perçue comme imprévisible, l’un ou l’autre de ces pôles d’intérêts pouvant de temps en temps l’emporter (type artistique et conventionnel par exemple). Une façon de résoudre le dilemme est de prendre en considération parallèlement dans un projet global, vie professionnelle et vie extra-professionnelle : choisir un des pôles tout en développant des activités de loisirs correspondant à l’autre pôle, ou bien rechercher une orientation correspondant à l’un des pôles mais se déroulant dans un environnement correspondant à l’autre pôle.

Devant ce constat, que nous apportent les outils complémentaires que sont l’astrologie, la morphopsychologie, la graphologie et la numérologie ? Précisément, ils contribuent à renforcer la convergence ou la divergence des profils en accentuant certaines tendances plus que d’autres…Car si tous ces outils concordent, la personne ne se pose même pas le problème de choix, elle paraît bien dans sa peau, et peut même faire des choix précoces. Par contre, si un ou plusieurs de ces outils diffère des autres, cela crée une dissonance dans la personne, qui la perturbe dans ses choix.

L’astrologie, pour sa part, basée sur le symbolisme des planètes, confirme tout à fait les dominantes de Holland, les départageant même quand celles-ci ne sont pas sûres, ou permettant d’en discerner d’autres moins dominantes, mais avérées tout de même dans le profil Holland (c’est le cas de Valérie).
Cette correspondance établie entre les profils Holland et l’analyse des thèmes astraux serait seule suffisante pour valider l’utilisation de l’astrologie en matière d’Orientation Professionnelle.

-La morphopsychologie retrouve aussi grâce à la typologie planétaire les dominantes astrologiques, mais ce sont surtout les planètes les plus dominantes du thème qui sont marquées sur le visage, celles qui sont les plus visibles, comme on l’a vu avec Valérie, pas celles angulaires au FC ou en XII, moins manifestées, bien que fortes.

- la graphologie permet de voir les tendances du thème astral les plus actualisées. On y retrouve toujours les dominantes planétaires et zodiacales déterminées par le thème, surtout celles angulaires, en aspect des luminaires, celles conjointes au MA, pas celles angulaires au FC ou en XII, moins actualisées, moins manifestées, or cela n’empêche pas qu’elles agissent au niveau latent.

- la numérologie, basée sur le mystérieux symbolisme des nombres, elle-aussi confirme étonnamment l’ensemble, sauf peut-être à un ou deux chiffres près, ce qui apporte souvent une note en plus non négligeable, que le sujet doit intégrer dans ses éléments de choix. Elle apporte toujours  et très rapidement un éclairage sur les motivations profondes de la personne, ses contradictions possibles, ce qui peut correspondre à certains aspects du thème, et dont il va falloir tenir compte. Elle est comme une sorte de résumé saisissant de tous les éléments mis en évidence par les différents outils. Mais là aussi, il n’est pas évident de dégager une Orientation Professionnelle avec la numérologie seule surtout quand les chiffres divergent.

Seule l’astrologie est tellement complète et fine qu’elle peut s’utiliser seule, ce qui n’est pas le cas des autres techniques, qui ne sont à utiliser qu’en complément, comme confirmation, sorte de preuve par 1,2,3 outils de ce qui a été mis en évidence dans le thème.
Disons que si le thème révèle tout ce qui est en potentiel, les autres outils révèlent parmi tout ce potentiel, ce qui est le plus actualisé.
Ce qui fait que je classerai ensemble astrologie et numérologie, en ce sens que ce sont déjà toutes les 2 les plus anciennes sciences symboliques, qu’elles sont peut-être aussi les plus mystérieuses, les plus ésotériques…Astrologie comme numérologie indiquent ce qui est en potentiel (ressources comme difficultés) et quelque part une sorte de chemin qu’il nous appartient de développer, d’actualiser ou pas selon notre âge, sexe, milieu, éducation, culture, conditionnements, évènements de vie, niveau de conscience, libre-arbitre…Et, on pourrait peut-être faire l’hypothèse que, quand la corrélation astrologie - numérologie est très forte (comme dans le cas de Valérie), il y aurait peut-être lieu de parler de « vocation », comme une sorte d’appel à suivre un certain chemin tout tracé par les étoiles et les nombres ?...

Et, je classerai ensemble morphopsychologie et graphologie, en ce sens qu’elles sont moins dérangeantes que les 2 premières, car il y a une relation de cause à effet chez elles, qui n’existe pas (dirons-nous « pas encore » car il y a peut-être des relations non encore démontrées) avec l’astro et la numéro.
En effet, en graphologie, c’est la personne elle-même qui écrit, c’est quelque chose de son essence même qui jaillit de son geste, de sa main.
En morphopsychologie, il est aussi question de quelque chose qui s’inscrit sur le visage, qui laisse une trace visible, palpable même, c’est plus concret.
Il s’agit aussi comme en graphologie d’actualisation de potentialités, mais à mon sens, la morphopsychologie reflète encore plus l’influence réciproque de l’intériorité de la personne en butte avec le milieu extérieur, jeu d’influence de forces contraires qui s’impriment sur le visage comme sur une pâte à modeler. Ce qui fait que ce visage se sculpte au fur et à mesure de la vie, il est buriné sous l’effet de forces antagonistes internes et externes, qui le rétractent ou le dilatent par endroit pour aboutir à une résultante à un instant t.
D’ailleurs écriture comme visage évoluent avec le temps et se transforment…
En morphopsychologie comme en graphologie, ce sont les planètes dominantes du thème, celles qui sont les plus activées qui se marquent aussi bien sur le visage que dans l’écriture, ce qui fait qu’on pourrait même les considérer comme des témoins de l’existence de ces planètes en nous.
Pour conclure, personnellement, c’est parce que je me suis toujours passionnée pour ces sciences symboliques que j’ai voulu faire une recherche qui les incluait, il est vrai que mon propre thème seul m’y prédisposait.                                                                                                                                   Chantal BERGEON                                                                                                             chantal.bergeon@gmail.com 


Catherine Daum                                                    

Paris, le 23 mars 2018.

SIMONE VEIL

ÉTUDE TRANS GÉNÉRATIONNELLE

- un héritage qu’on reçoit puis qu’on lègue, plutôt qu’une transmission au sens strict

- à coté des indicateurs classiques (notamment les maisons IV – VIII et XII), rôle important des planètes ou points qui marquent le chemin d’évolution.

- I – la femme – la Mère – le couple.

Vénus.

- les trois : Vénus en maison I

- Simone : trigone Lune ; grand carré de Terre avec la Lune et Chiron.

- Yvonne  (fonds Feu – Eau) : maître d’ascendant et maître des maisons VIII et XII ; scorpion.

- André Jacob (fonds Feu – Air) : sextile de Jupiter (maître d’ascendant conjoint Soleil) ; carré Mars (angulaire en fond de ciel), lui-même sextile Pluton (angulaire au descendant) : voir conflit anima passionnée et affirmation personnelle).

Mais Mars maternel sur Vénus de Simone et lune maternelle sur l’ascendant de Simone : c’est l’aspect passionnel et fusionnel qui les lie.

La Lune.

 - Simone : Lune en Capricorne ; deux liens Lune – Vénus : un trigone Lune – Vénus (en Terre) et Vénus, maître de la maison X ; semi  sextile Lune –Saturne (renforce Lune en Capricorne).

- l’aspect Lune – Saturne : en semi- sextile chez Simone (avec Saturne en Capricorne qui renforce Lune en Capricorne) et trigone Lune – Saturne (en Capricorne) chez Yvonne ;

-  l’aspect Lune – Mars en conjonction dissociée chez la mère et en trigone dissocié chez la fille : caractère fort et entreprenant chez les deux, sens de l’initiative chez la fille ;

- l’aspect Lune – Neptune, harmonique chez les deux ;

- l’épanouissement maternel chez les deux : Lune en Lion chez Yvonne et en maison V chez Simone.

Donc répétition d’aspects. Mais le trigone Lune Vénus chez Simone est signe de rivalité, sens où la fille est sur le même terrain que la mère.

Le couple.

Problématique de couple chez la mère et le père de Simone.

Chez Yvonne :

- Lune Noire (moyenne et vraie) en Balance et maison XII et Vénus, maître d’ascendant (Balance) est maître de XII : fin de cycle et positionnement personnel dans le couple.

- Vénus en Scorpion et maître de la maison VIII demande autre chose que l’ascendant Balance (la transformation de soi par le partage)

Chez André Jacob :

- nœuds lunaires dans l’axe I – VII. Nœud sud en I, l’identité propre prime (identification à la persona) et Lune Noire moyenne dans le ventre du dragon (pôle lunaire qui reste dans le passé ; en maison IX, les conceptions et croyances héritées).

Sur cette question du couple, la problématique de Simone semble s’être portée sur les aspirations de Vénus maternelle :

- Uranus, second maître de la maison VII est conjoint à Jupiter en maison VIII ; Saturne, 1er maître de la maison VII est en maison IV, au trigone de la conjonction Uranus – Jupiter en maison VIII : il n’est plus question du couple en soi, mais de la transformation par la relation (conjonction en Bélier) ;

- carré Lune Noire moyenne avec le Soleil : vide à combler dans l’image paternelle.

Simone va réaliser une véritable réparation (une transformation ?) avec son mari Antoine :

- nœud nord d’Antoine (en Cancer, maison IX : se dégager d’une conception du monde et de la famille héritée des ancêtres), conjoint à Pluton est sur le Pluton de Simone

- Soleil d’Antoine sur Vénus de Simone : la restauration du masculin en elle ou la mise en lumière du féminin profond qu’elle porte.

- Ii – la femme magistrate – législateur et la femme politique

La loi et la politique

Loi : fonction saturnienne et Balance ;  Soleil : la conscience ; l’organisation et la loi sociale : Jupiter.

Dans le thème de Simone :

1.- conjonction Jupiter – Uranus en Bélier et maison VIII : affirmation indépendante et radicale d’un besoin de progrès qui s’inscrive dans l’ordre social nouveau (Bélier) ;

- conjonction Jupiter – Uranus au trigone de Saturne en Sagittaire : soutient de Saturne pour une action dirigée vers un but, mais avec réalisme et mesure

- conjonction Jupiter – Uranus au carré de la Lune : libérer la femme d’un rôle de mère contraint par le poids de la convention sociale ;

- maison VIII sous la maîtrise de la conjonction Neptune – Mars : de l’idéal, une cause dans ce combat ; avec la conjonction dissociés Neptune Vénus, ce combat intéresse toutes les femmes d’avant

  1. – conjonction Soleil (maître d’ascendant) Pluton en Cancer et maison XI : le pouvoir patriarcal ; opposition de forces antinomiques et rapport à l’autorité complexe. Mais puissance et pouvoir qui peuvent se développer dans l’adversité.

- la conjonction Soleil – Pluton est reliée à Saturne (en maison IV) par quinconce (décroissant) et Pluton est maître de la maison IV : hérédité (les racines).

Chez la mère de Simone :

- Pluton, en maison VIII est opposé à l’amas formé par  Uranus – le Soleil – Jupiter et Chiron, en Sagittaire et maison II : opposition Soleil – Pluton est la tendance à s’opposer à l’autorité, mais le Soleil est amplifié par des valeurs de confiance et d’idéal (Jupiter) et servi par Uranus (l’intuition et le besoin d’émancipation). Mais Pluton en maison VIII est maître de la maison I où se trouve Vénus : conflit entre valeurs de conscient et d’inconscient, d’instinct et de secondarité , de fusion et d’individualisme.

Chez le père de Simone :

- Pluton angulaire au descendant conjoint au nœud nord en maison VII et sextile à Mars, angulaire en fond de ciel.

Mais le Mars du père est sur la conjonction (au degré près) Uranus – Jupiter de Simone.

L’héritage maternel prend la forme de mêmes planètes en aspect ; mais il se développe sur un autre fond (plus collectif chez Simone avec le Soleil en maison XI). Du père, la conjonction natale de Simone, déjà puissante, reçoit un surcroit d’énergie et de sens de l’engagement (Mars en domicile en Bélier).

Peut-être encore l’opposition de Yvonne incite-elle davantage à ne vivre qu’un pôle au détriment de l’autre, tandis que la conjonction tend vers l’assimilation d’une action commune des deux planètes.

Les lieux d’enfermement et l’ombre.

Magistrat, Simone Veil se voit confier la direction des affaires pénitentiaires, lieu de confinement et de violence, sans cesse au bord de la rupture. Son action tendra à introduire dans la plus large mesure possible le respect des hommes.

Dans le thème de Simone Veil :

- conjonction (angulaire)  Neptune – Mars en maison XII : lieux d’enfermement, le secret  et avec Mars, l’engagement personne pour une grande cause ; en maison XII, elle s’adresse à l’humanité et en Lion, il en va de sa réalisation personnelle.

- en progression secondaire, l’aspect évolue vers la conjonction : voir Excalibur.

- conjonction Neptune – Mars au trigone de la conjonction Lune – nœud sud : le nœud sud en maison V évoque une faille narcissique à combler, un ancêtre dont la valeur n’a pas été reconnue (la mère ?).

Dans le thème de Yvonne, pas de répétition (hormis une maison XII également « lourde », mais quelques indices :

- opposition Neptune en maison IX à Chiron en maison III : Chiron, une fragilité héritée, une blessure ; en Sagittaire et maison III, une blessure par rapport au sens, au pourquoi de la limitation  dans un corps et quelque chose qui n’a pu être expérimenté.

- Chiron en maison IX pour Simone, en Sagittaire, maison III et conjoint à Jupiter pour Yvonne, blessure dans l’ordre des aspirations d’ordre idéal ou humanitaire

- Neptune de la mère sur le nœud nord de la fille, en maison XI : confirme une évolution vers des valeurs humanistes et communes.

Dans le thème de André Jacob

- Neptune – Mars et le nœud nord en aspect mais dans une problématique entre l’individuel et l’universalisme ;

- Lune Noire moyenne en maison IX, au carré de Neptune ne maison VI : la quête de sens absolu, le désir de tout contrôler et avec Neptune, un conflit entre contrôle et lâcher prise.